Vendredi dernier était un grand jour pour Annie Guillemot, présidente d’Epareca et maire ""de Bron, et Alain Cottalorda, maire de Bourgoin-Jallieu, président de la CAPI et conseiller général, qui ont procédé à la pose de la première pierre du nouvel espace commercial de Champ-Fleuri. Ce moment fort rassemblait une kyrielle d’élus de toutes tendances politiques. On pouvait encore noter la présence, entre autres, de Thierry Demaret, sous-préfet de l’arrondissement de La Tour-du-Pin – Elyette Croset-Bay, Conseil-lère régionale représentant le président Jean-Jack Quey-ranne – Marina Caparros, Chef de Projet Renouvel-lement Urbain et Social…
Cette opération s’inscrit dans le projet de rénovation urbaine engagé par la Ville de Bourgoin-Jallieu, en partenariat avec l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine) et la Région Rhône-Alpes. Il s’agit d’un espace commercial relocalisé autour d’une place centrale. L’espa-ce commercial sera composé d’un premier bâtiment neuf, dont la construction démarre sous la maîtrise d’ouvrage d’Epareca. Sa livraison est prévue au 1er trimestre 2014. Il accueillera six commerces et donnera sur la nouvelle place centrale dotée de stationnements.
Le second bâtiment existant, qui comprend plusieurs boutiques dont un tabac-presse, bénéficiera d’importants travaux de réhabilitation début 2014.
A l’heure des différentes allocutions, il était précisé que “l’intelligence ne peut être que collective”. Alain Cottalorda déclarait encore : “Nous démarrons la réalisation d’une place avec des commerces, des animations, des services. Ce sera l’équivalent de la place Carnot au centre du quartier de Champ-Fleuri. Et cela devrait être une grande fierté pour les habitants. Nous sommes en passe de réussir un grand projet. Nous pourrons être fiers de ce que nous aurons réalisé ensemble”.
Créé en 1998 en application de la Loi du Pacte de Relance pour la Ville de 1996, Epareca est l’Etablissement national public d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux. Sa mission est d’accompagner les collectivités locales dans la reconquête de leurs zones commerciales et artisanales de proximité, au sein des quartiers en difficulté. Il intervient en qualité de promoteur, d’investisseur et d’exploitant d’espaces commerciaux de proximité.
En redonnant vie au commerce et à l’artisanat au cœur de ces quartiers, l’Etablis-sement contribue à apporter du confort aux habitants et à recréer durablement du lien social. A ce jour, plus d’une centaine d’opérations sont traitées ou en cours sur tout le territoire.

Un projet pour redonner une identité au quartier Champ-Fleuri
Le quartier de Champ-Fleuri qui accueille 25 % de la population de la ville (6.000 habitants), bénéficie d’un projet sous convention ANRU depuis avril 2010. Le projet de rénovation urbaine porté par la Ville de Bourgoin-Jallieu a pour ambition de mieux intégrer le quartier au reste de la ville, d’améliorer et de diversifier l’offre de logements, tout en respectant les normes environnementales et, enfin, de favoriser le cadre de vie des habitants tout en recréant un cœur de quartier.
Le cœur du quartier souffre du déclin de son activité commerciale depuis plusieurs années. Ce centre construit dans les années 70 offre une superficie de 3.800 m2. Il est composé de commerces et de plusieurs équipements publics qui ont progressivement remplacé l’activité commerciale.
Après la démolition du “Chopin” (99 logements), le programme prévoit la reconstruction sur site de presque 200 logements (dont du locatif social, du locatif libre, de l’accession sociale à la propriété et de l’accession classique), la réhabilitation de plus de 700 logements, la “résidentialisation” de 619 logements, la création d’une place et la recomposition du centre commercial, la réalisation de voies de désenclavement et réaménagement avec modes doux de voiries existantes, l’aménagement et la requalification des espaces publics, la création d’un parc urbain en entrée de quartier. Le coût global du projet est estimé à hauteur de 45 millions d’euros. Les financeurs sont la Ville de Bourgoin-Jallieu, l’ANRU, la Région Rhône-Alpes, les bailleurs sociaux (Opac 38 et Pluralis), la CAPI, le Conseil général de l’Isère, la Caisse des Dépôts et Consignations.
Dans les chiffres clés, il faut retenir le budget de l’opération commerciale (hors libérations foncières) de 3.144.143 euros HT financés par Epareca (67 %), la Ville de Bourgoin-Jallieu (8,5 %) et le Conseil régional Rhône-Alpes (24,5 %).
En plus des 270.000 euros, Bourgoin-Jallieu apporte une contribution de 1.800.000 euros pour la libération foncière (acquisition, démolition et indemnités diverses).
De plus, le coût des aménagements d’espaces publics alentours au bâtiment commercial sous maîtrise d’ouvrage de la Ville est de 3.337.000 euros financés par la Ville de Bourgoin-Jallieu (52 %), la CAPI (27,5 %), le Conseil général de l’Isère (6,5 %), le Conseil régional Rhône-Alpes (7 %) et l’ANRU (7 %).


2014-08-02