Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont réalisé, en première mondiale, une greffe hépatique entre deux porteurs du virus VIH en octobre 2015. Les six mois de recul sur cette greffe montrent l’absence de rejet de l’organe et soulignent que la greffe de foie n’a pas provoqué de perte du contrôle virologique chez le receveur.

Cette première transplantation pratiquée en Suisse, qui vient d’être suivie d’une greffe analogue aux Etats-Unis, ouvre des perspectives tout à fait inédites pour les personnes vivant avec le VIH. D’une part ils peuvent désormais se déclarer donneurs potentiels d’organes. D’autre part, ceux qui sont en attente d’un organe ont de meilleures perspectives de transplantation.

Cette première mondiale fait l’objet d’une publication dans l’American Journal of Transplantation du 25 avril 2016.

Lien vers le communiqué de presse en PDF: 2016 04 25 CP 1e mondiale transplantation VIH.pdf

img21101.jpg