Selon l’indice des prix de la construction établi par l’Office fédéral de la statistique (OFS), les prix de la construction ont enregistré une nouvelle hausse entre octobre 2005 et avril 2006 (+1,2%). Ce renchérissement, similaire à celui enregistré il y a six mois, est cette fois dû à une augmentation des prix plus forte dans le bâtiment (+1,3%) que dans le génie civil (+0,9%). Les causes de ces évolutions sont les hausses des coûts subies par les entreprises ainsi que la relativement bonne tenue du marché dans le domaine de la construction. Entre avril 2005 et avril 2006, la construction dans son ensemble enregistre une hausse des prix de 2,5% (+2,2% dans le bâtiment et +3,5% dans le génie civil).

Hausses plus fortes dans le bâtiment que dans le génie civil
Le secteur du bâtiment (comprenant les résultats de la construction d’immeubles administratifs et d’immeubles d’habitation ainsi que de la rénovation d’immeubles d’habitation) a enregistré une augmentation des prix entre les mois d’octobre 2005 et d’avril 2006 (+1,3%). Les hausses les plus fortes ont été enregistrées dans les installations électriques (+6,2% en moyenne), dans les installations sanitaires (+2,1% en moyenne) et dans les honoraires (+2,9% en moyenne). La baisse la plus significative est observée dans les assurances (-4,4% en moyenne).

Après avoir enregistré une nette hausse lors du semestre précédent, les prix du secteur du génie civil (comprenant les résultats de la construction de routes et de passages inférieurs) n’affichent entre les mois d’octobre 2005 et d’avril 2006 qu’un accroissement des prix contenu (+0,9%). Ce résultat est le reflet d’une augmentation des prix dans pour ainsi dire toutes les positions et en particulier dans les travaux de superstructure (+2,0% dans la construction de route et +2,1% dans celle de passage inférieur) et dans les honoraires (+2,1% respectivement +3,8%).

Evolution des prix dans les grandes régions
Pour ce qui est du secteur du bâtiment, toutes les grandes régions affichent une hausse de prix par rapport au semestre précédent (+0,3% au minimum pour le Tessin et +2,2% au maximum pour la Région lémanique). Si l’on considère l’évolution annuelle, toutes les grandes régions voient également une évolution positive de leurs prix (+0,4% au minimum pour le Tessin et +3,6% au maximum pour la Région lémanique). En suivant l’évolution à plus long terme, depuis 1998, on observe que la Région lémanique et le Tessin présentent une hausse des prix bien supérieure à la moyenne suisse, ce dernier enregistrant toutefois depuis avril 2005 une quasi stagnation du niveau de ses prix. Toutes les autres régions, à part la Suisse du Nord-Ouest qui présente des variations plus prononcées, ont une évolution quasiment parallèle à celle de la Suisse dans son ensemble.

En ce qui concerne le secteur du génie civil, toutes les grandes régions enregistrent des renchéris-sements par rapport au semestre précédent sauf le Tessin (-1,3%). Ceux-ci s’échelonnent de +0,1% au minimum pour la Suisse orientale à +2,1% au maximum pour l’Espace Mittelland. En ce qui concerne l’évolution annuelle, à l’exception de nouveau du Tessin qui affiche une baisse des prix (-1,0%), toutes les grandes régions présentent une hausse des prix (+2,2% au minimum pour la Région lémanique et +6,3% au maximum pour la Suisse du Nord-Ouest). Si l’on examine l’évolution à plus long terme, à partir de 1998, on observe, avec une divergence plus large, une répartition similaire à celle du bâtiment. Le Tessin présente une hausse des prix largement supérieure à la moyenne suisse mais est aussi la seule région dont les prix sont en baisse depuis octobre 2004. Comme dans le bâtiment, toutes les autres régions, à part la Suisse du Nord-Ouest qui présente des variations plus prononcées, ont une évolution quasiment parallèle à celle de la Suisse dans son ensemble.

img223.jpg

Les prix de la construction ont enregistré une nouvelle hausse entre octobre 2005 et avril 2006 (+1,2%)