Fin 2005, la Suisse comptait 2327 entreprises utilisant de grandes quantités de substances dangereuses ou des microorganismes particulièrement dangereux et assujetties à ce titre à l’ordonnance sur les accidents majeurs (OPAM). Leur nombre n’a pratiquement pas changé en cinq ans. C’est ce qui ressort de l’actualisation du Cadastre fédéral des risques selon l’ordonnance sur les accidents majeurs (CARAM) que l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) vient d’achever. L’OPAM a pour buts de diminuer le danger potentiel, d’éviter les accidents majeurs et de limiter les conséquences qu’ils pourraient avoir.

img1248.jpg

Les entreprises abritant des matières dangereuses sont soumises à des contrôles.