Promex, Manager d’idées

par | 6 Mar 2009

Jean-Luc Vincent est le Président-Fondateur du Salon International
des Inventions, des Techniques et Produits Nouveaux de Genève dont la 37ème édition aura lieu du 1er au 5 avril 2009 à Palexpo (Halle 7). Il dirige la société PROMEX qui organise l’événement depuis sa création en 1972. Un nom bien trouvé et qui synthétise parfaitement l’activité de la société.

Vous présentez le Salon de Genève comme le plus grand marché des inventions au monde ou des licences. Qu’est-ce qui justifie cette appellation?
Plusieurs raisons. C’est l’exposition où il y a le plus d’inventions qui sont présentées (près de 1000) et le plus de visiteurs – notamment des visiteurs professionnels – pour un nombre dépassant 72’000 en 2008. Le salon accueille en outre plus de 700 exposants qui proviennent de 45 pays répartis sur les 5 continents. Je rappellerai qu’il n’accueille que des premières mondiales car nous n’exposons jamais deux fois la même invention. Il faut également savoir que toutes les inventions du Salon ont fait l’objet d’un brevet ou d’une protection en matière de propriété intellectuelle.

Quel est l’élément le plus important dans tout ça?
Le taux de satisfaction des exposants. L’année dernière, 78% des exposants se sont déclarés satisfaits à très satisfaits de la manifestation au niveau des contacts professionnels. La deuxième chose la plus importante est que nous avons beaucoup de visiteurs qui viennent en curieux et qui ressortent en professionnels car ils ont eu un coup de foudre!

Agissez-vous à l’international?
Dans le cadre du Salon de Genève, nous aidons énormément d’entreprises ou d’inventeurs dans leurs négociations. A l’étranger, nous aidons à créer des salons d’inventions nationaux, le dernier en date, c’est celui du Koweït.

Qu’advient-il ensuite?
Les salons volent de leurs propres ailes.

Etes-vous rémunérés pour ces activités?
Tout ce que nous faisons pour l’invention ou l’inventeur en dehors du Salon des Inventions de Genève est du bénévolat. Il faut également savoir que Promex n’a jamais reçu la moindre commission ou quoi que ce soit d’autre, sur une invention du Salon ou sur la commercialisation de l’une d’elles.

Certains ont «inventé» la crise. Qu’attendez-vous pour 2009?
Selon moi, la crise pour l’invention ou l’inventeur n’apporte que du bon…

Pour quelles raisons?
Depuis qu’il y a cette crise, je n’ai pas entendu un seul chef d’Etat ou un membre de gouvernement qui ne s’est pas écrier: «Maintenant, il faut innover»!

L’invention est donc devenue un besoin.
Parfaitement, et cela se retrouve en matière de protection de l’environnement. Autant les inventeurs ont été négligés pendant des années, autant aujourd’hui on s’intéresse à eux. Qui plus est, les inventions sont des projets concrets et peuvent séduire les investisseurs.

La conjoncture actuelle ne doit pas favoriser les exposants…
Cette année quelques associations ne seront pas présentes parce que certains gouvernements ont cessé les subventions qu’ils leur allouaient depuis plusieurs années. Par contre, nous avons des compensations. Pour la première fois, nous aurons l’Université d’Arabie Saoudite de Riyad qui viendra exposer des inventions, et d’autres de Malaisie.

En 2008, le Salon avait battu un record d’affluence. Qu’est ce qui a expliqué cette performance?
Elle provient du fait que les gens s’intéressent de plus en plus à l’invention, parce qu’on en parle de plus en plus et en mieux. Quelle évolution! Et je pense que nous n’y sommes pas pour rien.
Où placez-vous les inventions comme celles qui fleurissent sur le Web? Pourquoi ne pas inviter l’inventeur de FaceBook ou de Google?
Parce que je les situe à un niveau où ils n’ont plus besoin de nous. Ils ont déjà réussi leur commercialisation, ils ont tout ce qu’il faut. En ce qui nous concerne, nous sommes plutôt situés au départ de l’aventure, nous fonctionnons comme une sorte de levier, un tremplin.

Que voulez-vous dire aux exposants du Salon?
D’être réceptifs aux remarques du public et à celles des professionnels car elles ne peuvent qu’améliorer l’invention. De rester fair-play s’ils ne parviennent pas à trouver de bons contacts. De prendre du recul sur le côté génial de leur trouvaille et surtout de ne pas engager trop d’argent sous peine de se ruiner.

Aux visiteurs?
Que tout ce qu’ils utilisent sont le fruit de la créativité humaine. Qu’ils découvriront à Genève des inventions de toutes sortes qui pourraient s’avérer essentielles à l’avenir.

Et aux investisseurs?
D’entrer en contact avec l’inventeur s’ils voient une invention qui leur paraît avoir des perspectives de développement. De s’investir peu ou prou de façon à aider cet inventeur à commercialiser son invention. Il y a de multiples exemples d’investisseurs qui ont investi un peu dans une invention et qui sont devenus très riches. Alors pourquoi ne pas essayer?

Après 37 ans aux commandes, qu’est-ce qui anime encore votre flamme?
L’optimisme extraordinaire des inventeurs!.

Portrait: Promex SA
Fondée en 1972 par son président Jean-Luc Vincent associé à Jean-Pierre Sigrist . L’entreprise genevoise gère également le secrétariat de l’association «Commerce & Qualité» depuis 1978 et celui des «Amis de l’Orchestre de la Suisse Romande» depuis 1980.

Commerce & Qualité
L’association regroupe une vingtaine de commerces considérés comme les meilleurs dans leur domaine à Genève.

Amis de l’Orchestre de Suisse Romande
Plus grande institution culturelle du Canton avec plus de 2000 membres. Au dernier Concert de l’An qu’elle organise, l’association a remis un chèque d’1 million de francs à l’OSR.

img11951.jpg

Jean-Luc Vincent: «Le jet d’eau, la plus belle invention pour Genève»

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Immobilier : quand tout un secteur s’arrête brutalement

Les défis se multiplient dans le secteur de l’immobilier. Déjà bousculés ces dernières années par les évolutions législatives, la transition écologique ou encore l’impact croissant de la digitalisation, les professionnels de l’immobilier ont été déstabilisés au printemps 2020 par la crise sanitaire du covid-19. Le secteur pourtant reste très dynamique en Savoie Mont Blanc, mais […]

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 23 octobre 2020

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°43 du 23 octobre 2020 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. L’édition Savoie (73) : L’édition Haute-Savoie (74) : Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf, l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! […]

Genève : les fonctionnaires manifestent contre la baisse de leurs salaires

Les agents de la fonction publique genevoise se mobilisent contre la volonté de l’exécutif cantonal de diminuer leur rémunération dans le cadre du budget 2021. Les fonctionnaires genevois vont-ils passer l’automne dans la rue ? Ils étaient en tout cas près de 6 000 à battre le bitume de la place...

La reprise se confirme dans l’industrie

La 8e vague de résultats de l’Observatoire de la santé des entreprises de Mont-Blanc Industries montre que les niveaux d’activité continuent de s’améliorer. Mis en place en mars 2020 par Mont-Blanc Industries,  en partenariat avec le cabinet Infusion, la Fondation de l’Université Savoie...

Votre magazine SPORT BUSINESS 01 saison 2020-2021

100% en ligne, feuilletez votre hors-série annuel SPORT BUSINESS 01 saison 2020-2021 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l'imprimer, mais aussi rechercher...

publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

2.50€ pour 24h
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS