Rien de pire pour la santé que les sautes d’humeur de la météo. Après une canicule qui nous échauffait, place à un froid sec et une pluie fine quasi-sournoise. Les organismes subissent les aléas et réagissent en accentuant les sensations de fatigue et de sommeil. Dur dur de travailler dans ces conditions : du 35° de moyenne au 15-20° de jeudi 3 août, les ventilos ne servent plus à rien. La nature avait besoin de se rafraîchir aussi, c’est chose faite.

img488.jpg

Que viennent les feuilles d’automne