Les salaires versés au sein des administrations cantonales varient considérablement d’un canton à un autre. Les disparités sont encore plus marquées entre les corps enseignants des différents cantons. C’est ce que montrent les résultats de l’enquête suisse sur la structure des salaires 2004, que l’Office fédéral de la statistique publie pour la première fois pour le secteur public cantonal.

Variations parfois considérables des niveaux de salaires entre les administrations cantonales
Avec 8623 francs de salaire brut en moyenne, Zoug est le canton qui rémunérait le mieux les employés de l’administration en 2004. Ce montant dépasse de près de 2200 francs le salaire brut mensuel le plus bas (6429 francs), qui est versé dans l’administration publique du Tessin. On constate que l’ensemble des cantons de Suisse centrale figurent dans la moitié supérieure du classement. On relève également que les cantons les plus peuplés (BE, TG, VS, FR, AG, VD, SO, TI) versent de manière générale aux employés de leurs administrations des salaires bruts plus bas que les cantons les moins peuplés (ZG, SH, OW, SZ, GR, NW, UR, JU). Ainsi, le salaire brut versé dans l’administration cantonale du canton de Schaffhouse (7671 francs) dépasse de 766 francs celui octroyé aux employés de l’administration dans le canton d’Argovie (6905 francs). A titre de comparaison, le salaire brut dans l’administration fédérale s’élevait à 7511 francs en moyenne en 2004, ce qui place la Confédération derrière les cantons de ZG, BL, SH et ZH. Il est toutefois difficile de comparer directement les salaires cantonaux, en raison de la diversité des tâches assumées par le personnel de l’administration. Par ailleurs, des raisons structurelles peuvent être à l’origine d’importantes disparités salariales. Ainsi, par exemple, la proportion de femmes au sein du personnel est nettement plus élevée dans les cantons plus peuplés de BE, TG, VS, FR, AG, VD, SO, TI que dans les cantons plus petits.

Le corps enseignant des cantons nettement mieux rémunéré que le reste de l’administration
La situation est tout autre dans le domaine de l’enseignement public. De manière générale, les salaires dépassent ceux versés dans les administrations cantonales, ce qui s’explique pour l’essentiel par un niveau de formation moyen plus élevé. Certes, les cantons de Zoug (11’919 francs) et du Tessin (8410 francs) figurent toujours aux deux extrémités du classement. Toutefois, parmi les cantons qui versent les salaires les plus élevés dans l’administration publique, seuls trois (ZG, BL, GE) figurent encore en tête du classement pour la rémunération des enseignants. Les cantons où les différences salariales entre l’enseignement et l’administration publique sont les plus élevées sont Soleure (différence de +3885 francs), Appenzell Rhodes-Extérieures (+3757 francs), Glaris (+3564 francs) et Argovie (+3559 francs). Il est intéressant de constater que des cantons comme Zurich, Lucerne, Saint-Gall et Obwald, qui versent aux employés de leurs administrations des salaires bruts parmi les plus élevés, se situent au bas du classement pour la rémunération des enseignants. Un autre élément à relever est que quatre des sept cantons latins figurent en queue du classement pour les salaires versés aux enseignants (TI, FR, VD, JU). Les salaires nettement plus bas (6150 francs) que reçoivent les enseignants employés par la Confédération s’expliquent par la prédominance des postes d’assistants dans les deux écoles polytechniques fédérales. En revanche, dans le segment des hauts salaires, les niveaux de rémunération versée par la Confédération sont très proches des salaires payés par les cantons universitaires.

Des écarts salariaux plus ou moins marqués
Le rapport entre les valeurs limites qui séparent le quart supérieur du quart inférieur des salaires constitue un bon indicateur des disparités salariales. Plus ce rapport est grand, plus les écarts salariaux sont marqués. Dans les administrations cantonales, il variait en 2004 entre 1.65 (GR) et 1.35 (BS). En d’autres termes, dans le canton des Grisons, le quart des salaires les plus élevés dépasse d’au moins 65% le quart des salaires les moins élevés. Dans le canton de Bâle-Ville, ce rapport n’est que de 35%. Relevons qu’à l’exception du canton de Vaud, tous les cantons latins (JU, GE, NE, FR, TI, VS) figurent dans le groupe où les disparités salariales sont les plus faibles (moins de 47%).
Dans l’enseignement, les écarts salariaux varient entre 1.17 (OW) et 1.75 (ZH). Les disparités plus marquées dans l’enseignement que dans l’administration publique s’expliquent surtout par les salaires versés dans cinq cantons universitaires (BS, GE, FR, VD, ZH). Dans les autres cantons, les écarts salariaux sont nettement moins marqués (entre 1.17 et 1.35).

img1680.jpg

Avec 8623 francs de salaire brut en moyenne, Zoug est le canton qui rémunérait le mieux les employés de l’administration en 2004.