Le rayonnement de Bourgoin-Jallieu passe avant tout par le dynamisme de son centre-ville. Doté de formidables atouts, celui-ci doit néanmoins bénéficier d’un rafraichissement général et d’une harmonisation de ses espaces pour décupler son capital attractivité.
Face à l’omniprésence de la voiture, l’absence d’homogénéité dans les espaces publics et le vieillissement du mobilier urbain, une solution existe : le projet Centre-ville / Ville-centre.
Comme le rappelle André Borne, adjoint, depuis plus de 30 ans la “rue piétonne” de Bourgoin-Jallieu a marqué la dynamique commerciale du Territoire Nord-Isère.
Mais les années ont passé et la rue a vieilli. De plus les commerçants ont changé. Quant aux commerces, ils se sont étendus sur les rues parallèles, et les clients d’aujourd’hui attendent une qualité de service dans ces espaces de commerces du centre-ville, différente des grandes surfaces commerciales situées en périphérie des villes.
Aujourd’hui, Bourgoin-Jallieu est la centralité d’un territoire composé de huit cantons, 55 communes avec plus de 120.000 habitants.
De plus, grâce à ses axes routiers structurants, sa gare et ses équipements comme le Médipôle, le Tribunal, la Maison du Département, ses 12 établissements de formation continue, son complexe de 12 salles de cinéma, son stade de rugby, etc… l’attractivité de Bourgoin-Jallieu est bien là, tous les jours.
L’ambition du projet est de maintenir la position de Bourgoin-Jallieu, en tant que ville centre.
Pour cela, son centre-ville doit se moderniser et bénéficier de plusieurs aménagements. Ainsi, Bourgoin-Jallieu propose une vraie dynamique commerciale et continuera après tous les travaux de rénovations et d’extension de son centre-ville, à afficher son rôle moteur dans le commerce des marques du Nord-Isère et ce, pour les 30 prochaines années.

Un nouveau départ pour la rue Joseph Seigner
L’aire piétonne s’agrandit ! Après un lifting complet, la rue Joseph Seigner a pris un nouveau départ. ""C’est que les élus municipaux en charge de la voirie, du commerce et de l’Artisanat, de l’embellissement de la ville et du FISAC se sont alliés à dire, à l’occasion de l’inauguration de cette portion de rue adjacente à la rue de la Liberté (rue piétonne) et adossée au Tribunal de Bourgoin-Jallieu.
Le montant des travaux se chiffre à hauteur de 525.000 euros avec une participation de la ville de Bourgoin-Jallieu pour 275.000 euros, et 250.000 euros pour la CAPI. A noter que la CAPI a réalisé tout ce qui ne se voit pas ! Au cours des différentes allocutions, il était précisé que pour ces travaux de requalification il n’y a pas de difficultés politiques. Les travaux sont votés et ce, quelque soit le résultat des élections municipales.
Aussi, en fonction des instances mises en place, la prochaine grande échéance devrait se situer aux alentours d’avril 2014 avec les travaux de la rue piétonne qui sont estimés à près de 2,5 millions d’euros.
La rue Joseph Seigner qui a fait peau neuve est ouverte le matin afin de permettre les livraisons et, à midi, elle est fermée aux automobilistes. Cette rue est désormais devenue une rue “semi-piétonne”.

Rues du Tribunal et du 19 mars 1962
Comme pour la fin des travaux de réhabilitation de la rue Joseph Seigner, l’ouverture des nouvelles rues du Tribunal et du 19 mars 1962 s’est accompagnée d’une opération promotionnelle.
""L’inauguration s’est faite en présence d’un panel impressionnant de personnalités berjalliennes et issues d’autres instances, des services de la ville de Bourgoin-Jallieu, de la Communauté d’Agglomé-ration “Porte de l’Isère” (CAPI) ainsi que des entreprises ayant participé au déroulement du chantier.
Au lendemain de cette inauguration, était organisée une “quinzaine commerciale”. Celle-ci était proposée par les commerçants concernés et elle offrait de nombreuses animations. Notez que la municipalité s’est associée à cette opération qui a ainsi donné l’occasion à tout un chacun d’arpenter deux rues qui tiennent une grande place dans l’aire piétonne élargie du centre-ville.
Au cours des allocutions, les élus municipaux en charge des commerces, de l’artisanat, du FISAC, de la Voirie, et de l’embellissement de la ville apportaient leurs explications éclairées. Des interventions qui étaient suivies de celles des élus communautaires qui étaient aussi présents pour l’occasion.
André Borne, adjoint, rappelait que les travaux ont débuté en octobre 2012. Mais ce projet d’aménagement de voirie publique est bien antérieur. Il remonterait à 7 ou 8 ans. Inutile de dire que le FISAC (Fonds d’intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce) aura été la “clé” pour lancer cette redynamisation sur le centre-ville. Le coût de l’opération se chiffre à hauteur de 760.000 euros. Il est financé à moitié par la Ville de Bourgoin-Jallieu et la CAPI. Cela peut paraître comme étant une somme exorbitante, mais les travaux étaient relativement importants lorsque l’on vous dira que les canalisations dataient des années 50. Les travaux ont donc été lourds et longs.
Ainsi, cette réfection qui était plus que nécessaire affichait un “profil” identique à celui de la réfection conduite sur la rue Joseph Seigner.
Désormais, les rues du Tribunal et du 19 mars 1962 sont semi-piétonnes. Toute-fois, pour les “envies pressantes”, l’exercice va être de taille puisque les toilettes publiques jouxtant le Tribunal ont disparu. Elles ont laissé place à un petit espace paysager.
Bien que le travail d’harmonisation soit amené à prendre de l’essor, cette étape passée de la réfection de ces deux rues, la municipalité va faire une pause. André Borne rappelait que l’autre chantier de taille est bien celui qui devrait débuter au prochain mandat. Il est programmé pour 2014/2015, il s’agit de la réfection de la rue piétonne. Cela ira de la Place Saint-Michel à la Place d’Armes.
Ainsi, en 2016, le centre-ville devrait être totalement requalibré pour un bassin de vie estimé à 200.000 habitants.
Auparavant, il y a eu des travaux sur Champaret, Boussieu, la rue des Silos, la rue Joseph Seigner et l’avenue Henri Barbusse. Pour cette dernière, notez que l’avenue “new look” sera inaugurée dans la courant du mois de septembre.
Et si le centre-ville bouge, Monique Broizat, conseillère municipale, tenait à ajouter que les commerçants aussi, ils bougent pour faire vivre le commerce… leur commerce !
Notez que la rue du Tribunal est ouverte le matin pour permettre les livraisons et, dès midi, elle est fermée aux automobilistes.
Texte et photos : Carole Muet


2014-07-29