Suite au lancement d’un référendum contre l’octroi d’une concession d’occupation du domaine public au Centre Commercial de Balexert, la direction réagit par un communiqué dont voici le contenu.
« Le référendum est un droit constitutionnel. Les référendaires ont donc le droit de créer du chômage en refusant la création de 150 emplois, de priver les plus démunis de prestations sociales en rejetant une source de revenus pour l’Etat par une redevance annuelle de Fr. 140’920.– (soit environ Fr. 1,5 millions en dix ans) et des taxes professionnelles communales, de dépenser l’argent des contribuables pour lutter contre un projet utile au public,améliorant la qualité de vie du voisinage, de dédaigner un soutien à l’économie locale de plus de 50 millions de francs et les quelque 300 emplois indirects qu’il induit,de ne pas encourager la mobilité douce et les transports en commun, de refuser la réalisation d’un arrêt de tram sécurisé pour les usagers du TCMC et l’ensemble des habitants du quartier,
de faire fi de l’avis positif de l’ensemble du conseil d’état, toutes tendances confondues, et de celui d’une très large majorité des membres du grand conseil (La concession a été octroyée par 55 voix (libéraux, radicaux, démocrates-chrétiens, udécistes et mouvement citoyens), contre 24 (socialistes et verts) et 6 abstentions (verts et socialistes) ».
La directionde Balexert précise encore: « Une nouvelle fois les référendaires démontrent que Genève est malade de son immobilisme. Dans le cadre de la campagne électorale à venir, Centre Balexert SA démontrera aux citoyens les mérites de cette réalisation et les bienfaits qu’elle apportera pour le dynamisme de l’économie cantonale. Il rétablira la vérité sur ce projet en démontant les arguments fallacieux des référendaires ».

img2227.jpg