Du 11 avril au 19 mai 2012, la galerie VivoEquidem présente les œuvres dessinées, peintes et gravées de David Clerc, artiste Suisse, à l’occasion de l’exposition Refuge.

Au-delà de l’idée de sauvegarde, le refuge est un lieu situé sur un parcours. C’est un espace géographique, temporel ou spirituel entre deux instants : l’avant et l’après. Par conséquent, accéder au refuge c’est faire cesser le déplacement, mais momentanément. Le refuge est un lieu d’arrivée et de départ.

Les œuvres de David Clerc bâtissent des refuges, des espaces entre deux instants. Ses paysages urbains ne sont que des ombres ou des lumières entre des lignes verticales plus ou moins épaisses, peintes, dessinées, transposées, grattées. Ce ne sont pas des destinations, ni pour le voyageur ni même pour l’œil, mais des passages, des lieux de transitions.

Le sujet – les paysages urbains et les façades – est répété jusqu’au prétexte de la forme qui tend vers la grille, cette construction rigide qui résiste au changement. Les lignes se croisent en se dépersonnalisant pour former une structure qui nous offre une possibilité d’illusion tout en nous faisant penser que nous traitons avec le matérialisme.

img18750.jpg

Paysage Urbain, gravure sur bois et encre de Chine, 66 x 96,5 cm 2012