Il paraîtrait qu’à Genève et dans ses alentours, depuis au moins 5 ans, les phénomènes de bandes de jeunes se sont accrus singulièrement. Regroupées autour d’un foyer urbain comme le quartier, l’immeuble, le square, l’école, le stade etc., les bandes de jeunes tendant de plus en plus à jouer des coudes entre elles voire à en découdre. Les bandes portent le nom qu’elles veulent. Pour rassembler, il faut un dénominateur commun, ce peut être le code postal de la commune ou un abrégé du nom de cette même commune. Le Grand-Lancy-Palettes et Onex ont respectivement adopté le 12/12 et le 12/13. Carouge, les Pâquis, les Charmilles et Geisendorf ont choisi K-Rouge, PKS, CMS et Geis. En tous cas, la créativité est là.

img1200.jpg

Les bandes qui se veulent bandidos…