Les actionnaires des banques UBS et du Crédit Suisse ainsi que ceux de Nestlé pourront se prononcer sur les salaires de leurs managers à titre consultatif. Novartis et ABB ont en revanche refusé la proposition, appelée «say-on-pay», d’Ethos et de huit caisses de pension suisses. Cette adoption par UBS, CS et Nestlé est une étape importante au niveau de l’autorégulation des salaires des managers et un renforcement des droits démocratiques des actionnaires. A noter que cette proposition est soutenue par 30 institutions qui gèrent pour 250 milliards de francs de fonds.

img11450.jpg

UBS, Crédit Suisse et Nestlé ont adopté la proposition « say-on-pay ».