Des chercheurs de l’UNIGE expliquent comment s’effacent les traces de la cocaïne dans le cerveau. Il y a un peu plus d’une année, l’équipe du prof. Christian Lüscher, de la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE), montrait que les changements induits par la cocaïne au niveau de la zone cérébrale impliquée dans la perception de la récompense pouvaient être
réversibles. Aujourd’hui, la même équipe révèle le mécanisme moléculaire qui restaure une communication normale entre les cellules nerveuses de souris exposées à la drogue.

Au-delà d’une espérance thérapeutique de traitement de l’addiction, une maladie qui touche, à notre époque, 9 millions de personnes en Europe, ces travaux, publiés dans la prestigieuse revue Science, présentent l’élucidation d’un tout nouveau mécanisme de plasticité cérébrale. Dès la première prise, la consommation de cocaïne et d’autres drogues addictives affecte la manière dont les neurones communiquent entre eux. En avril 2006, l’équipe du prof. Christian Lüscher, du Département des neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine de l’UNIGE, publiait un article montrant que, dans certaines conditions, les cellules nerveuses ont la capacité de rétablir la
situation initiale. Il restait à comprendre comment se produit ce retour à la normale. C’est sur ce phénomène que se sont penchés deux autres membres de la même équipe, Manuel Mameli et Bénédicte Balland, respectivement doctorant et postdoctorante.

Zoom sur les synapses
Dans le système nerveux, l’information circule sous forme de courant électrique. Cependant, au niveau de la jonction entre deux neurones, ou « synapse », la transmission de l’information de cellule à cellule se fait par l’intermédiaire d’un messager chimique, le «neurotransmetteur». Ce dernier est libéré par le neurone «pré-synaptique» et se fixe sur des récepteurs spécifiques présents sur le neurone voisin ou «post-synaptique». C’est au niveau de ces récepteurs, notamment dans une région du cerveau appelée «aire tegmentale ventrale», qu’agit la cocaïne.

Cette drogue modifie ainsi durablement les propriétés de la transmission de
l’information nerveuse dans cette région du système nerveux. Le travail de l’équipe genevoise révèle qu’il est possible d’induire une redistribution
des récepteurs et de rétablir une neurotransmission normale chez les souris
exposées à la cocaïne. Il démontre également que, contre toute attente, ce retour à la normale dépend de l’insertion de nouveaux récepteurs qui sont fabriqués en l’espace de quelques minutes.

D’une pierre deux coups
Les travaux de l’équipe genevoise avaient pour but essentiel de progresser dans la compréhension du phénomène d’addiction, une maladie toujours incurable de nos jours, et qui représente, en Europe (Suisse incluse), un coût annuel de 55 milliards d’Euros. Les aléas de la recherche ont en outre mené à la découverte d’un mécanisme de plasticité cérébrale jamais identifié auparavant. C’est donc aussi un pas de plus dans la compréhension des capacités d’adaptation et de régénérescence du cerveau.

img5637.jpg

Un pas de plus dans la compréhension des capacités d’adaptation et de régénérescence du cerveau