Réseau CPME : l’entreprise, c’est sportif !

La CPME de Haute-Savoie a réuni ses adhérents pour une Rentrée des leaders 2019 sous le signe du sport. Le rendez-vous s’installe dans l’agenda.

«La pire des places, c’est d’être le second de soi-même. » C’est l’entraîneur d’Alain Bernard, quadruple médaillé aux Jeux olympiques en natation, qui lui a asséné cette sentence, un jour où le champion s’était contenté d’assurer, sans plus. La formule a fait vibrer les patrons réunis à Rochexpo à l’occasion de la seconde Rentrée des leaders de la CPME de Haute-Savoie. Le rendez-vous, créé l’an dernier, a séduit plus de 300 personnes, visiblement ravies de se retrouver dans un cadre convivial après la pause estivale.

Partage d’expérience

Si les mini-conférences de l’après-midi n’ont pas connu le succès attendu – il y avait plus d’inscrits que de présents effectifs – la conférence plénière du soir a fait salle comble. Il est vrai que l’affiche, élaborée avec l’aide de Double mixte, la société haut-savoyarde passerelle entre athlètes de haut niveau et entreprises, était alléchante : Alain Bernard donc, le nageur aux quatre médailles olympiques ; l’athlète Nantenin Keita, quatre médailles paralympiques et championne du monde ; la skieuse Marie Marchand Arvier Jay, plusieurs fois médaillées en championnat du monde et en coupe du monde ; son mari le biathlète Vincent Jay, deux fois médaillés aux Jeux olympiques et quatre fois en coupe du monde ; et la skieuse Marie Bochet… au palmarès hallucinant (8 médailles paralympiques, 24 en championnat du monde, 88 en coupe du monde, 34 en coupe d’Europe…).

Le thème de la table ronde : entreprises et champions, une même ambition. L’occasion de parler performance, résilience, fixation des objectifs, équipe, moyens, dépassement de soi… C’est André Falcomata, le secrétaire général de la CPME 73, qui a piloté les débats. Ils ont tenu en haleine les entrepreneurs dans la salle, se reconnaissant visiblement dans les propos tenus. Sur la recherche de la performance : « Le carburant, c’est l’ambition », « je n’ai pas toujours gagné, mais j’ai toujours eu l’esprit de compétition en moi », « l’implication, c’est le jour, la nuit et dans les rêves », « pour performer, il faut savoir se mettre dans sa zone d’inconfort, s’entraîner avec plus fort que soi par exemple ».

Sur les objectifs : « Une fois l’objectif atteint, savoir rebondir très vite, se fixer celui d’après » ; « s’il n’est pas atteint, savoir très vite redéfinir ses priorités ». La résilience : « Apprendre à positiver, comme les Américains, à voir ce que l’échec nous a appris », « en cas d’échec éviter de tout jeter, savoir repérer ce que l’entrainement a permis d’acquérir ».

Le matériel : « Nous collaborons avec les marques pour l’améliorer et c’est une source continue d’innovation. Mais si vous posez la tenue de nageur sur l’eau, elle n’avance pas toute seule. Derrière, il faut un athlète. » L’équipe… même si tous pratiquaient des sports individuels. « L’entraîneur, le kiné, le préparateur mental sont indispensables. La clé, c’est la communication avec eux. Mais au final, il reste les moments de solitude où, comme pour les chefs d’entreprise, c’est à nous de décider. »


Par Philippe Claret

A propos de l'auteur

GROUPE ECOMEDIA

GROUPE ECOMEDIA, c'est le groupe de presse économique de Savoie Mont Blanc (74 et 73), de l'Ain (01), du Nord Isère (38) et de la région lémanique trans-frontalière avec Genève et les cantons romands.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ