Résultats annuels 2008 de la BCGE

par | 25 Mar 2009

En 2008, la BCGE a octroyé pour plus de CHF 600 millions supplémentaires de crédits aux entreprises et aux particuliers, essentiellement dans l’économie genevoise. Dans leur ensemble, les produits d’exploitation ont fait preuve d’une grande stabilité (-1%), malgré un contexte économique et boursier difficile. La BCGE a vu la masse des fonds de la clientèle déposés dans ses livres augmenter de CHF 930 millions. Les créances hypothécaires ont connu une très forte progression (CHF 399 millions). Grâce à l’afflux de fonds, le taux de refinancement des hypothèques par les comptes d’épargne et les comptes courants a atteint les 73.7%
Les coûts engendrés par une modernisation informatique et logistique géante de la banque (nouvelle plateforme informatique, intégration de deux filiales dans la maison mère, outsourcing des opérations de paiement, création d’une agence, rénovation de quatre autres) ont toutefois influencé les résultats. Le bénéfice net a enregistré un recul de 11.6% à CHF 68.1 millions, alors que le bénéfice brut s’est situé à CHF 101.1 millions de francs (-9.7%). Le rendement des fonds propres, ROE, reste à un très bon niveau comparatif (7.5%). Le Conseil d’administration proposera à l’Assemblée générale le versement de dividendes inchangés, totalisant 6% du nominal.

Progression de la marge d’intérêt et gains de parts de marché dans les hypothèques
Le résultat des opérations d’intérêts progresse de 5.8%, soit CHF 11.7 millions. Avec le niveau record de presque CHF 213 millions, il constitue deux tiers (67%) des produits d’exploitation. Cet accroissement s’appuie notamment sur la bonne progression de la marge d’intérêt qui a atteint les 1.62% (1.60% en 2007), grâce à une gestion judicieuse des taux. Du côté des volumes, on enregistre deux phénomènes conjoints. D’une part, le total des prêts hypothécaires a fortement augmenté de 6.2%, soit presque CHF 400 millions, pour atteindre les CHF 6.8 milliards, d’autre part, les créances sur la clientèle (en omettant le prêt à la Fondation de valorisation) ont avancé de 7.5%, ou de CHF 203 millions. Au total, ce sont plus de CHF 600 millions de nouvelles affaires de crédits qui ont été réalisées, un résultat remarquable au vu du contexte économique général.

Une gestion de patrimoine bien profilée pour la crise
Les produits des commissions sur les opérations de négoce, de titres et les placements, soit essentiellement les activités induites par la gestion institutionnelle et la gestion de portefeuilles, ont fait preuve d’une grande stabilité au cours de l’année, s’établissant à CHF 50.1 millions. A noter que ce montant comprend les revenus de l’ancienne Synchrony Asset Management, intégrée à la maison mère début 2008. Ceux-ci étaient précédemment comptabilisés en produits des commissions sur les autres prestations de service. Cet effet mis à part, les revenus de la gestion de patrimoine n’ont reculé que de 10.1%, soit nettement moins que l’impact moyen des marchés financiers. Cette performance doit être soulignée, compte tenu de l’environnement boursier international. Elle souligne les mérites de la philosophie de gestion du groupe, orientée sur la prudence et la discipline.

Une salle des marchés qui performe bien dans un environnement adverse
Les résultats des opérations de négoce, qui proviennent des activités de la salle des marchés, se sont maintenus à un niveau appréciable. Ils n’ont cédé que 2.8% à CHF 16.6 millions. Là encore, cette évolution est tout à fait réjouissante compte tenu du ralentissement général et des risques potentiels dans cette activité. La salle des marchés soutient dans plusieurs domaines l’activité de la banque. Elle ne prend pas de grandes positions et travaille avec un risque limité en totale cohérence avec la philosophie d’investissement de la banque. Cela lui a permis de n’être que très modestement touchée par les fortes turbulences sur les marchés d’actions et d’obligations.

Navigation prudente dans le global commodity finance
Les opérations de crédit à très court terme, qui caractérisent les activités liées au négoce international, ont été affectées par le recul du dollar, monnaie classique des échanges de matières premières, par la très forte volatilité des cours et par le recul des exportations à travers le monde, dès le quatrième trimestre de l’année. Il en résulte un recul des produits
des commissions sur les opérations de crédits de CHF 1.2 million, ou 3.6%.

Forte implication des collaborateurs dans la modernisation de la banque
Les charges de personnel ont progressé de 2.1%, soit CHF 2.5 millions. Ceci traduit un engagement accru des collaborateurs de la banque et de ressources externes à durée déterminée, ainsi qu’un montant substantiel d’heures supplémentaires pour préparer la transition informatique. La banque a engagé jusqu’à 35 personnes complémentaires, à titre temporaire, dans ce but. Toutefois, d’une année sur l’autre, au 31 décembre, les effectifs sont restés stables (cinq équivalents plein temps en plus).

La modernisation de la banque se poursuit à plein régime
L’établissement de la nouvelle agence dans le quartier de La Praille – Acacias – Vernets, événement rare puisque la dernière ouverture d’agence remontait à 12 ans, a participé à la hausse de 5.6% des autres charges d’exploitation, à CHF 94.9 millions. Ce poste a aussi été influencé par les frais engendrés par la rénovation de quatre agences et par l’achat de 17 nouveaux guichets automatiques bancaires. L’outsourcing des opérations de paiements a également participé à la progression de ces charges dans la mesure où les deux structures ont dû fonctionner en parallèle pendant quelques mois. Le recul de CHF 10.8 millions du résultat brut est ainsi largement imputable à la migration informatique. Le ratio charges sur produits reste en dessous de 70%, en dépit de cette salve de projets d’infrastructure. La migration informatique a aussi eu un impact sur le poids accru des amortissements sur l’actif immobilisé, qui ont avancé de 29.9%, ou CHF 3.2 millions.

Hausse du coût du risque de contrepartie en raison de la dégradation conjoncturelle
La conjoncture a également affecté le bénéfice net, par le biais de pertes induites par des débiteurs, essentiellement des entreprises ou des institutionnels, qui connaissent des difficultés et pour lesquels la banque a provisionné préventivement une part ou la totalité du risque, alors même que la perte sur crédit n’est pas avérée. Le poste correctif de valeurs, provisions et pertes a été doté de CHF 25.1 millions, alors qu’il était nul les deux années précédentes.

La confiance des clients accroît massivement le bilan
L’afflux de nouveaux fonds de la clientèle et le ralentissement économique général a induit une progression de la liquidité totale disponible. Le nombre de clients supplémentaires se monte à 12’600, soit plus du double d’une année normale. Le net new money se monte à plus de CHF 1.2 milliard, sous forme d’épargne, de comptes courants et d’obligations de caisse, ainsi qu’en gestion de fortune. Globalement, la BCGE gère et a sous dépôts 16.7 milliards de francs. Cette nouvelle réalité témoigne de la confiance dont disposent les banques cantonales, et la BCGE en particulier, auprès du public. Cet afflux a permis une progression de 11% des dépôts, à CHF 9.4 milliards, ce qui explique la forte augmentation du bilan (CHF 13.7 milliards, +9.5%).

Solidité financière confirmée
Les fonds propres comptables s’élèvent à 912 millions de francs, ce qui représente 6.7% du total du bilan. A 134% le taux de couverture des fonds propres atteste que la BCGE se trouve dans une situation financière de qualité reconnue par l’agence de notation de Standard & Poor’s qui a rehaussé le rating de la banque en décembre 2008 (A/A-1/stable).

Croissance de la contribution financière aux pouvoirs publics
La contribution financière totale aux pouvoirs publics s’est montée à CHF 30.1 millions (CHF 29.4 millions en 2007), ce qui constitue une hausse de 0.7 million (+2.4%). En 2008, la BCGE tient ses engagements sur plusieurs fronts : elle soutient l’économie avec ses crédits, elle maintient ses effectifs et elle distribue 44% de son profit total à la collectivité publique.

8’460 “clients actionnaires”
La BCGE se réjouit de la poursuite de l’augmentation du nombre d’actionnaires privés, qui atteste d’une adhésion forte de la clientèle et de la communauté genevoise à la banque. Au 31 décembre 2008, 8’460 personnes possèdent des actions de la BCGE, soit une hausse de 11%. Ce chiffre ne tient compte que des actions déposées auprès de la BCGE. Le rendement du dividende était, à cette date-là, de 2.7%.

Un acteur présent dans l’économie régionale
Pour 2009, la BCGE s’attend à une évolution des revenus corrélée à celle de l’économie genevoise et, pour une moindre part, internationale. La banque entend rester un acteur très présent dans le financement de l’économie de la région. Compte tenu de la situation économique, la priorité est donnée à la maîtrise de risques. La banque prévoit un maintien des charges au niveau de 2008. En raison du manque de visibilité sur la conjoncture actuelle, elle n’anticipe pas d’amélioration substantielle de ses bénéfices.

img12223.jpg

Croissance excellente des affaires, incidence limitée de la crise sur la profitabilité, dividende stable.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Genève : les fonctionnaires manifestent contre la baisse de leurs salaires

Les agents de la fonction publique genevoise se mobilisent contre la volonté de l’exécutif cantonal de diminuer leur rémunération dans le cadre du budget 2021. Les fonctionnaires genevois vont-ils passer l’automne dans la rue ? Ils étaient en tout cas près de 6 000 à battre le bitume de la place...

La reprise se confirme dans l’industrie

La 8e vague de résultats de l’Observatoire de la santé des entreprises de Mont-Blanc Industries montre que les niveaux d’activité continuent de s’améliorer. Mis en place en mars 2020 par Mont-Blanc Industries,  en partenariat avec le cabinet Infusion, la Fondation de l’Université Savoie...

Votre magazine SPORT BUSINESS 01 saison 2020-2021

100% en ligne, feuilletez votre hors-série annuel SPORT BUSINESS 01 saison 2020-2021 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l'imprimer, mais aussi rechercher...

Un retour à l’emploi mieux guidé

Pour accompagner la reprise des salariés après une longue absence, Medef Auvergne Rhône-Alpes, Direccte et Agefiph ont édité le guide du maintien dans l’emploi. Le 11e baromètre de l’absentéisme et de l’engagement réalisé par Ayming indique que les arrêts de travail “longue durée” ont aug­menté de...

Le monde caché des mandataires de la CPAM

Créée en 1945, la CPAM a déjà 75 ans. Un âge qu’elle a pu atteindre notamment grâce à des personnes dévouées : les représentants des organisations syndicales et patronales. La Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) célèbre cette année ses 75 ans. L’occasion de se pencher sur les arcanes de l’institution, plus précisément sur les mandataires oeuvrant […]

publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

2.50€ pour 24h
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS