Qui peut véritablement savoir si l’annonce faite le mardi 10 octobre à 17h12 à la centrale d’alerte de la police était fondée ou non? « Ce message s’adresse aux forces de police: deux bombes ont été posées à deux endroits stratégiques. Une à Cornavin et une au centre commercial Globus ». Gare evacuée, centre ville fermé. La police et les autorités n’ont pas fait dans la demi-mesure. Deux petites heures de stress jusqu’à la levée des barrières à 19h23. Les trains ont pu recirculer à partir de 20h45. Les professionnels qui ont l’habitude de ce genre d’alertes à la bombe raisonnent ainsi: ceux qui veulent vraiment faire exploser une bombe ne préviennent pas. Cependant, en cas d’alerte il convient d’assurer une plus grande vigilance et de procéder à des fouilles etc. Mais l’évacuation totale n’est souvent pas de mise. En tous cas, ces alertes ont eu le mérite de montrer aux pseudo terroristes que la réactivité policière et sécuritaire genevoise est efficace et bien présente.

img1059.jpg

La police au rendez-vous