La Région Rhône-Alpes soutient la liaison ferroviaire CEVA, pour être au rendez-vous d’une agglomération transfrontalière. Les transports sont une compétence majeure de la Région qui entend l’exercer pleinement, avec les opérateurs SNCF et RFF (Réseau Ferré de France), en y associant le partenariat avec les autres collectivités publiques.

Dans ce cadre, le secteur périurbain des métropoles rhônalpines constitue une priorité de l’Exécutif régional conduit par Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes. En effet, les enjeux induits par l’étalement de l’habitat et des activités se traduisent par des besoins de mobilité pour les habitants à une échelle de plus en plus large. Au final, seul le transport ferroviaire peut offrir une alternative fiable et respectueuse de l’environnement pour les déplacements. La crise de l’énergie et le renchérissement des hydrocarbures confortent le bien fondé de ce choix.

3 métropoles
La Région Rhône-Alpes a la chance d’avoir trois grandes aires urbaines qui, à terme, se verront dotées de réseaux express régionaux : Lyon avec le REAL (Réseau Express de l’Agglomération Lyonnaise), Grenoble, et la métropole franco-valdo-genevoise avec le CEVA. «Parce que la Région Rhône-Alpes reconnaît le besoin stratégique pour l’agglomération transfrontalière d’une liaison à la hauteur de l’ambition internationale de cette métropole, nous participerons activement à la recherche d’une solution financière qui permette de démarrer rapidement les travaux côté français» déclare Jean-Jack QUEYRANNE. «A ce titre, nous avons obtenu l’inscription de ce projet dans le futur contrat de projets Etat-Région et déjà annoncé que la Région était disposée à mobiliser 25 millions d’euros pour ce projet d’ensemble à l’échéance de 2013 et à parité avec l’Etat» conclut le Président. Car pour la Région Rhône-Alpes, au-delà de la construction et de la mise à niveau des infrastructures, un travail important doit également être mené sur les gares et sur le service offert aux usagers à travers la tarification UNIRESO et le cadencement généralisé des dessertes.

img1814.jpg

Jean-Jack Queyranne