La Chambre d’accusation de Genève a prolongé de deux mois la détention de l’ancien patron du Servette FC, Marc Roger. La cour a estimé que les risques de fuite du prévenu en France étaient trop importants pour opter pour une libération provisoire. Le Français, qui est accusé d’avoir précipité la faillite du club genevois, n’a pas assisté à l’audience. « Mon client a invoqué des problèmes de santé », a indiqué son avocat. Pour rappel, Marc Roger est inculpé de banqueroute frauduleuse, d’escroquerie, d’abus de confiance et de faux dans les titres. Les juges ont estimé « graves et suffisantes » les charges allant à l’encontre de l’ex-patron du Servette FC. Selon la justice genevoise, il se serait notamment servi dans les caisses du club pour alimenter son train de vie. A la demande de Marc Roger, la lecture de la décision de la Chambre d’accusation s’est déroulée à huis clos.

img6614.jpg

Marc Roger est notamment accusé de banqueroute frauduleuse et de faux dans les titres.