En 2004, tant l’ampleur des écarts entre les bas et les hauts salaires que le niveau général des rémunérations varient de manière sensible entre les cantons. En termes de niveau, le canton de Genève arrive au premier rang, devant celui de Zurich. Le Tessin est au dernier rang. En termes d’écart salarial, Genève et Zurich arrivent également en tête. C’est dans le canton de Fribourg que les salaires sont les plus resserrés. L’objectif du dernier numéro de la série « Communications statistiques » est double : premièrement, examiner les différences et les spécificités qui caractérisent le marché du travail en Suisse et dans certains cantons, en 2004, et, deuxièmement, étudier les changements qui ont affecté les rémunérations entre 1994 et 2004 en Suisse.

Cette publication résulte d’un mandat attribué par l’Office cantonal de la statistique (OCSTAT) à l’Observatoire universitaire de l’emploi (OUE), qui est rattaché au Laboratoire d’économie appliquée (LEA), de l’Université de Genève. L’influence spécifique de chaque facteur individuel (formation, qualifications, âge, etc.) dans la détermination des salaires n’est pas la même selon le canton. A Genève, le niveau hiérarchique a tendance à primer sur le niveau de formation en termes de rémunération, alors que ces deux déterminants sont valorisés de manière plus uniforme dans le canton de Fribourg. Les salaires varient parfois énormément selon la branche économique. Ainsi, à Genève, le simple fait de travailler dans la banque procure, en moyenne, un surplus de salaire de 39 % par rapport à la moyenne de l’ensemble des entreprises privées du canton. A l’opposé, un salarié de la restauration avec un profil personnel pourtant semblable, reçoit, en moyenne, un salaire inférieur de 23 % à la moyenne de l’ensemble des entreprises privées du canton.

En 2004, pour un profil personnel semblable, les femmes perçoivent en moyenne un salaire inférieur de 11 % à celui des hommes. C’est dans le canton de Genève que la différence entre sexes est la plus réduite, devant ceux de Berne et Zurich. A l’autre bout, c’est dans le canton de Saint-Gall que les femmes sont les plus défavorisées, devant ceux de Fribourg et du Tessin. Les cantons de Neuchâtel et Vaud sont très proches de la moyenne nationale. L’évolution des salaires et de leurs déterminants en Suisse de 1994 à 2004 montre que les écarts entre les bas et les hauts salaires se sont creusés au cours de cette période. C’est notamment le cas dans la banque ou l’horlogerie. Dans d’autres branches, comme la construction, les écarts se sont maintenus au même niveau. Par ailleurs, formation et niveau des qualifications requis pour le poste ne sont pas des facteurs plus valorisés en 2004 qu’ils ne l’étaient en 1994, comme on l’entend souvent. En revanche, le poids de l’ancienneté dans la détermination des salaires est en déclin avéré. Enfin, en dix ans, les écarts de salaires homme/femme ont progressivement diminué, mais à un rythme très lent.

img6747.jpg

Les cantons de Genève et Zurich: champions des niveaux et des écarts salariaux.