La population reste un élément fort du développement en Savoie Mont Blanc. En 2020, elle augmente de 0,5 % en Savoie et de 1,3 % en Haute-Savoie, soit pour cette dernière encore trois fois le rythme national.

La Savoie compte actuellement 432 548 habitants et la Haute-Savoie, 828 405. Cette dernière se situe désormais au 28e rang des départements les plus peuplés, alors que la Savoie reste dans le milieu du tableau à la 57e place. Cette année, les deux départements savoyards ne perdent pas leur dynamique d’accroissement avec une hausse de 0,5 % pour la Savoie et près de 1,3 % pour la Haute-Savoie soit l’équivalent pour cette dernière d’une augmentation de la taille de la Roche-sur-Foron, et plus de trois fois l’évolution française.

Une hausse qui se décompose par un solde naturel à +0,6 % contre +0,4 % en moyenne nationale avec 9 900 naissances et 5 400 décès (soit +4 500 personnes) et +0,7 % de solde migratoire soit 5 200 nouvelles personnes qui viennent s’installer chaque année en 74, attirées par la dynamique économique genevoise. Cette croissance se situe sur l’axe Annecy- Annemasse-Thonon, alors que les zones comme l’intercommunalité Pays du Mont Blanc et Chamonix, où des communes comme Megève subissent une perte (-1,8 %). C’est Nernier à -4,4 % qui est la commune qui perd le plus d’habitants.

Un territoire attractif

En Savoie, la croissance, plus modeste, dépend autant du solde naturel qui s’élève à +0,3 % soit le solde entre les 4 500 naissances et les 3 900 décès (+600 personnes) que du solde migratoire à +0,2 %. La Savoie voit ainsi s’installer environ 400 nouvelles personnes chaque année. Ce solde migratoire est relativement stable. Le département reste attractif, même si le solde naturel, comme dans beaucoup de départements en France, se tasse car le nombre de décès augmente avec les morts du début de la génération du baby-boom, alors que les naissances sont moins nombreuses et arrivent plus tard chez les couples dont les deux membres travaillent.

Ce phénomène démographique coupe aussi le département en deux, avec des communes très dynamiques au nord-ouest entre Montmélian et Entrelacs. La commune de La Biolle au nord d’Aix-les-Bains voit par exemple sa population augmenter de plus de 3,2 % soit sept fois plus que la moyenne départementale, alors qu’à l’est les vallées de Maurienne et de Tarentaise perdent de la population à l’image de Bourg-Saint- Maurice (-1 %) ou Saint-Jean-de- Maurienne (-0,8 %).


Par Annick Mossaz


L’article complet est à lire dans notre hors-série GUIDE EN CHIFFRES 2020,
au format papier ou format digital.