La SCIC Les Vignes des Alpes gagne du terrain

par | 10 Mai 2021

Lancée en décembre 2018 pour lutter contre l’érosion du vignoble savoyard, la société coopérative d’intérêt collectif Les Vignes des Alpes fédère désormais 279 souscripteurs détenant 575 parts sociales soit un capital de 287 000 euros.

La société coopérative d’intérêt collectif (Scic)  Les Vignes des Alpes gagne peu à peu du terrain. La fin d’année 2020 et le premier trimestre 2021 lui ont amené de nouveaux souscripteurs. Ils sont désormais 279 à détenir des parts sociales, proposées au prix unitaire de 500 euros, pour un capital total de 287 000 euros. Le montant moyen de la souscription est de 1000 euros par souscripteur. « Notre démarche solidaire et participative permet à tous ceux qui le souhaitent de devenir collectivement propriétaires d’un vignoble en Savoie afin de participer à sa sauvegarde », souligne Fabien Danjoy, son président et directeur général de la société coopérative le Vigneron Savoyard.

Près de 9 hectares sauvegardés

La Scic implantée à Ruffieux a déjà pu racheter près de 9 hectares de vignes disponibles ou susceptibles d’être arrachées pour que des vignerons puissent s’y installer ou se développer dans le cadre de la coopérative Le Vigneron Savoyard. Cette superficie globale comprend 1, 8 hectare de plantations nouvelles qui seront en production d’ici 3 ans. C’est le cas notamment des parcelles récupérées à Chanaz et Serrières-en-Chautagne.  Chaque reprise constitue un cas particulier. « Lorsque les travaux à réaliser sont modestes, nous pouvons les autofinancer seuls ou par le biais de l’emprunt. D’autres fois, nous bénéficions du soutien de partenaires comme les collectivités », poursuit Fabien Danjoy.

Les souscripteurs sont régulièrement mis à contribution pour effectuer des travaux. Crédit photo : Fabien Lombrez

Chantiers hivernaux

L’hiver 2020-2021 a été mis à profit pour conduire différents travaux. A Serrières-en-Chautagne, la parcelle a fait l’objet d’opérations de terrassement pour planter dans le sens de la pente et non plus en terrasse, ce mode de culture étant jugé peu adapté (investissement élevé, travail des talus, perte de surface). Une vingtaine d’ares de roussette a été plantée sur les 100 ares disponibles. Au total, ce sont 5 500 plants qui sont prévus. Concernant les vignes de Chanaz, l’hiver 2018-1019 avait été consacré à la préparation des plantations. Les travaux conduits ces derniers mois ont porté sur le palissage. Durant une semaine, une dizaine de coopérateurs a posé bénévolement 1700 piquets, dans un sol caillouteux, et tendu près de 25 km de fil inox nécessaires au palissage. Durant l’hiver, la Scic a aussi converti 2,5 hectares à la viticulture bio dont elle assure temporairement l’exploitation.  Confiée par un adhérent en retraite, ces surfaces intéressent un jeune viticulteur dont le dossier d’installation est en cours d’élaboration.

Ambitions

L’ambition des Vignes des Alpes est de lever 100 000 euros chaque année mais le contexte sanitaire a mis un sérieux coup d’arrêt aux actions conduites en direction des souscripteurs actuels et futurs. « Beaucoup de nos souscripteurs ont été touchés par notre projet mais sont aussi attirés par le monde viticole, observe Fabien Danjoy.  Les journées taille ou plantation que nous organisons en temps normal sont très appréciées et constituent des moments forts d’animation que nous avons malheureusement dû suspendre. » Les réflexions en cours pour maintenir la dynamique se sont déjà concrétisées par la mise en place de dispositifs comme le parrainage de nouveaux souscripteurs.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest