Sécurité routière / Isère : Le nombre de victimes de la route est en hausse

par | 6 Fév 2015

La lutte contre l’insécurité routière constitue, plus que jamais, l’un des axes prioritaires ""de la politique de l’Etat, et plus précisément en Isère.
Cet objectif fait suite aux “mauvais résultats” qui découlent d’un “tableau de bord” de la sécurité routière dans le département. Des résultats qui reposent sur une collecte des données brutes d’accidentologie indépendante des bulletins d’analyse des accidents corporels (BAAC). L’année 2013 n’au pas été bonne, loin s’en faut, puisqu’elle est marquée par une augmentation du nombre de victimes sur la route.
En effet, 86 personnes y ont trouvé la mort, soit une hausse de 41 % par rapport à 2012. Sur l’ensemble du département, de janvier à décembre 2013, on recense 613 accidents, 86 tués et 819 blessés. Tous ces chiffres sont en progression par rapport à 2012, où le nombre d’accidents enregistré était de 608. On comptabilisait alors 61 tués et 785 blessés.
L’analyse des accidents mortels en Isère montre que s’il n’existe pas d’accident type, le comportement des conducteurs intervient dans bon nombre d’entre eux, comme le non respect des limitations de vitesse, la perte de contrôle du véhicule ou la conduite sous l’emprise de l’alcool et de drogue.
Parmi les victimes, les automobilistes continuent à payer le plus lourd tribut (47 tués). Viennent ensuite les deux roues motorisés (17 tués) et les piétons (12 morts), cibles particulièrement vulnérables.
 
Ne pas faillir
""Des mesures du comportement des usagers sont effectuées quadrimestriellement pour le compte de l’Observatoire national interministériel de sécurité routière par une société de sondage. Elles concernent les vitesses pratiquées par les différentes catégories d’usagers sur les routes françaises, mais également d’autres indicateurs du comportement des conducteurs, notamment le port de la ceinture de sécurité et du casque pour les deux roues motorisés, le respect des interdistances et l’utilisation du téléphone au volant.
Pour lutter contre l’insécurité routière, les forces de l’ordre restent mobilisées et mettent en place, en plus des contrôles quotidiens, des actions ciblées dans tout le département, sur tous les axes routiers, visant plus particulièrement les infractions liées à la vitesse et à l’alcool au volant. Une attention particulière est aussi portée aux deux roues motorisés, qui reste l’une des catégories d’usagers de la route la plus sensible.
En plus de ces opérations, la lutte contre l’insécurité routière passe par la présence des radars. A l’heure actuelle, on compte en Isère 30 radars fixes de contrôle de vitesse, 20 radars mobiles utilisés et gérés par les forces de l’ordre, un radar mobile “dernière génération” embarqué et livré à la gendarmerie en 2013, 6 radars de contrôle de feux tricolores, 9 radars pédagogiques fixes installés dans les zones dangereuses, ainsi que deux radars “vitesse moyenne” ou “radar tronçon”, mis en service début 2013.
La préfecture de l’Isère et la coordination sécurité routière participent aussi activement à la lutte contre l’insécurité routière en apportant leur expertise et des moyens matériels et financiers par l’intermédiaire du Plan Départemental d’Actions de Sécurité Routière (PDASR) annuel.
Le budget 2013 alloué à la sécurité routière en Isère était de 100.000 euros dont 84 % consacrés aux actions du PDASR et 16 % pour l’animation du réseau et l’entretien des matériels mis à disposition.
En 2013, le PDASR a financé 52 actions présentées notamment par les collectivités locales, les établissements scolaires les associations, les forces de l’ordre, les services de l’Etat et les entreprises privées.
En 2014, les efforts de la sécurité routière porteront principalement sur la lutte contre la conduite sous l’emprise d’alcool et de stupéfiants, la vitesse excessive et la vulnérabilité des deux roues, car aucune carrosserie ne protège le conducteur et l’accident est donc plus grave qu’en voiture.
Richard Samuel, préfet de l’Isère, a par ailleurs décidé de réactiver les “Enquêtes Comprendre pour Agir” (ECPA) pour cette année 2014. Elles sont lancées pour des accidents mortels et/ou graves sur au moins un des enjeux spécifiques identifiés dans le département. Leur but n’est pas de déterminer la responsabilité pénale ou civile des impliqués, mais de rechercher l’ensemble des causes de l’accident, sans hiérarchiser leur importance. Un outil précieux.
Carole Muet

2015-02-06

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Genève : les fonctionnaires manifestent contre la baisse de leurs salaires

Les agents de la fonction publique genevoise se mobilisent contre la volonté de l’exécutif cantonal de diminuer leur rémunération dans le cadre du budget 2021. Les fonctionnaires genevois vont-ils passer l’automne dans la rue ? Ils étaient en tout cas près de 6 000 à battre le bitume de la place...

La reprise se confirme dans l’industrie

La 8e vague de résultats de l’Observatoire de la santé des entreprises de Mont-Blanc Industries montre que les niveaux d’activité continuent de s’améliorer. Mis en place en mars 2020 par Mont-Blanc Industries,  en partenariat avec le cabinet Infusion, la Fondation de l’Université Savoie...

Votre magazine SPORT BUSINESS 01 saison 2020-2021

100% en ligne, feuilletez votre hors-série annuel SPORT BUSINESS 01 saison 2020-2021 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l'imprimer, mais aussi rechercher...

Un retour à l’emploi mieux guidé

Pour accompagner la reprise des salariés après une longue absence, Medef Auvergne Rhône-Alpes, Direccte et Agefiph ont édité le guide du maintien dans l’emploi. Le 11e baromètre de l’absentéisme et de l’engagement réalisé par Ayming indique que les arrêts de travail “longue durée” ont aug­menté de...

Le monde caché des mandataires de la CPAM

Créée en 1945, la CPAM a déjà 75 ans. Un âge qu’elle a pu atteindre notamment grâce à des personnes dévouées : les représentants des organisations syndicales et patronales. La Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) célèbre cette année ses 75 ans. L’occasion de se pencher sur les arcanes de l’institution, plus précisément sur les mandataires oeuvrant […]

publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

2.50€ pour 24h
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS