“Semelle au vent”, c'est l'expression qui illustre un pied léger, celui d'un peuple ""nomade qui se déplace dans le désert au gré des tempêtes et des herbes rares. Amin Sebaha, le metteur en scène de cette création, a planté sa tente dans son jardin de Ruffieu. C'est là qu'il reçoit ses amis autour d’un spectacle inspiré par les contes du désert. 
Sitôt passée la porte d'entrée, la magie de ce cercle de parole opère au sein du cocon formé par le wigwam. Dans ce spectacle, le merveilleux côtoie la poésie. L’auteur invite le public à jeter un œil amusé, mais lucide, sur la nature humaine. Voici les spectateurs emportés sur les pas de Tin-Hinan, la mystérieuse reine des touaregs, ou sur ceux de Jazya, qui démasque les voleurs et les menteurs avec astuce. La mise en scène, avec des ficelles, des pinces à linge et de superbes étoffes, crée un climat magique permettant de rentrer dans le conte. Rien n'est théâtralisé, mais l’histoire est rythmée par des chants berbères pour un vrai moment de dépaysement. A voir, ou à inviter, car le wigwam peut s'installer partout !

2016-11-15