On vous l’avait dit, 2017 est une année d’échéances électorales. ""Mais cette fois, cette élections ne concernent que les “grands électeurs”. Cela signifie que ce sont les élus qui vont élire “nos” sénateurs. Et parmi les candidats figure Andrée Rabilloud, un visage bien connu sur le Nord-Isère. Si elle conduit une liste sans aucune investiture, elle nous présente, comme elle le dit, une liste de “choix”.

La liste
– Andrée Rabilloud, maire Honoraire de Saint-Agnin-sur-Bion et présidente de l’association des anciens maires et adjoints de l’Isère. Tête de liste,
– François Boucly, maire des Abrets-en-Dauphiné,
– Carine Kopferschmitt, 4e adjointe à Villefontaine,
– Patrick Durand, maire de Jarcieu,
– Odile Barret, 2e adjointe au Bouchage,
– Patrick Ferraris, maire de Vignieu,
– Nicole Bernard, maire d’Auberives-sur-Varèze.

Un parcours atypique
Andrée Rabilloud, née Garcia, n’était pas prédestinée à faire carrière dans la politique, ni même dans la vie publique tout court. Pourtant, elle s’est tracée un parcours des plus exceptionnels de par sa volonté et sa soif d’apprendre pour aller toujours plus loin.
Née à Lyon, Andrée Rabilloud a vécu une enfance paysanne très modeste comme elle le dit elle-même.
Les parents d’Andrée Rabilloud font les marchés et, très tôt, elle les rejoindra. Pour cette famille, les études passaient au second plan. D’ailleurs, Andrée Rabilloud, professeur d’économie, a débuté sa carrière en tant que professeur “hors classe”. Son parcours professionnel a débuté à Saint-Jean-de-Maurienne dans les années 1967/1968. La semaine, elle allait à l’école et, le week-end, elle faisait les marchés. Pourtant, très rapidement, elle va mener de front sa vie de famille, sa vie d’enseignante et sa vie publique.
Entre temps, elle est devenue l’épouse d’Alain Rabilloud et le couple a deux enfants et des petits-enfants. Si elle fait son entrée au sein du conseil municipal, elle n’y était pas prédestinée.
Au départ, on était venu chercher son mari. Cela ne l’intéressait pas et il a en-voyé sa femme à sa place ! La suite, on la connaît. Elle part en campagne contre M. Berthet… l’oncle de Bernard Saugey, aujourd’hui sénateur sortant.
En 1977, Andrée Rabilloud est donc conseillère municipale mais pas pour bien longtemps. Elle devient adjointe, puis maire de Saint-Agnin-sur-Bion. 
Mais, en mars 2014, elle ne repartira pas aux municipales. La vie publique ne s’est pas arrêtée tout de suite pour Andrée Rabilloud. Elle a terminé ses mandats en cours. Son écharge tricolore a rejoint son écrin, et elle s’est occupée de sa petite famille.
Andrée Rabilloud est désormais maire Honoraire de Saint-Agnin-sur-Bion et présidente de l’association des anciens maires et adjoints de l’Isère. Après une pause, la voilà repartie sur les routes du Nord-Isère.
Pour finir, elle concluait : “Je sais que cette annonce va en surprendre plus d’un. Je suis la “surprise” de ces sénatoriales. J’ai toujours été “seconde”, aujourd’hui je suis tête de liste, et on verra bien. Avec mon équipe, on sillonne le Nord-Isère, c’est très important. Et regardez bien la composition de ma liste… Je n’en dirai pas plus…”
Carole Muet


2018-07-26