Il y a moins de deux ans, en octobre 2004, la direction de SIG annonce qu’elle renonce totalement à l’électricité d’origine nucléaire et décide d’alimenter le canton avec des énergies 100% renouvelables ou thermique (issues d’une centrale à très haut rendement alimentée au gaz naturel). Ce choix, audacieux à l’époque, s’avère aujourd’hui l’une des décisions les plus visionnaires prises par l’entreprise genevoise.

Si le soleil et l’eau sont des ressources naturelles largement disponibles dans notre pays, il faut des savoir-faire et de l’engagement pour les rendre disponibles et durables». Paroles du WWF ? Déclaration du parti des Verts? De Franz Weber? Non, ces mots sont de la bouche de Raymond Battistella, directeur général de SIG. C’est sous son impulsion que l’entreprise (qui emploie 1600 personnes à Genève), confrontée à des choix stratégiques concernant à la fois les produits et les investissements, s’est délibérément engagée en faveur du développement durable, «base de notre action», pour rependre les propres termes du directeur général.

Explorer de nouvelles sources
Cette déclaration est ambitieuse, mais Raymond Battistella a de l’ambition : pas à titre personnel, mais pour SIG, ses collaboratrices et collaborateurs, ses clients et partenaires, les installations qu’elle gère et qu’elle doit développer. Le patron de l’entreprise genevoise n’est pas pour autant un idéaliste. Il a les pieds sur terre et perçoit les limites des actions qui ne sont pertinentes que si elles s’inscrivent dans la durée. Examiner les possibilités d’exploitation de nouvelles sources d’énergies fait partie de la mission de SIG, qui consiste à fournir aux Genevois (250’000 clients, particuliers, entreprises et collectivité) l’eau, le gaz, l’électricité et l’énergie thermique, ainsi qu’à valoriser les déchets, traiter les eaux usées et mettre à disposition un réseau de fibre optique. Et l’énergie solaire est depuis quelques années, et de manière très dynamique ces derniers mois, une source qui retient toute l’attention de SIG.

Installations de 144 à 6’000 panneaux!
«Tant avec le lancement de Vitale Vert (*) que par la construction de SIG Solar III, SIG se montre à la fois innovante et pragmatique. Innovante en pariant sur des énergies d’avenir et en engageant une démarche explicative, et pragmatique en se lançant dans des initiatives à la fois équilibrées et pérennes», précise Raymond Battistella. Arrêtons-nous un instant sur SIG Solar III, la plus grande centrale photovoltaïque de Suisse (Solar III, car c’est la 3ème installation après celle de la Jonction – 144 panneaux, et du Lignon – 560 panneaux). Vaste comme deux terrains de football, cette installation a nécessité un investissement de 7,5 millions de francs. Une opération directement liée avec les engagements consistant à garantir le maintien minimal de 2,5% de nouvelles énergies renouvelables (Vitale Vert), mais qui vise également à augmenter progressivement cette part à 5%, un des objectifs que SIG s’est fixé pour 2009. SIG Solar III, inaugurée l’an dernier, représente 6’000 panneaux qui approvisionnent l’équivalent de quelque 300 familles. L’amortissement est prévu sur vingt ans. Et sur le plan économique, le jeu en vaut-il la chandelle?

La question de la rentabilité
«Les décisions en matière de choix énergétique doivent tenir compte d’un grand nombre de paramètres. Une rentabilité immédiate n’est pas une garantie pour l’avenir. SIG table sur la pérennité de ses engagements». Pour Raymond Battistella, la voie des énergies renouvelables démontre que l’énergie photovoltaïque n’est pas quantité négligeable, mais qu’elle ne peut pas être envisagée comme une solution unique. Ce n’est donc pas demain que la canton de Genève va s’approvisionner intégralement grâce à l’énergie solaire; mais le nombre des sites photovoltaïques se multiplie, preuve que l’intérêt se confirme. En avril dernier, l’Aéroport international de Genève inaugurait une installation de 1’650 panneaux réalisée par l’entreprise Edison Power sur l’un de ses hangars. SIG s’est engagée à acheter la majeure partie des mégawatts produits, alors que l’aéroport va pouvoir alimenter sans frais trente véhicules électriques. A quelques semaines d’intervalle, c’était au tour de Migros de dévoiler un accord avec SIG portant sur la plus grande installation privée de Suisse. Aménagée sur le toit de l’enseigne orange à la Praille, Guy Vibourel, directeur de Migros Genève, a cité, à l’occasion de cet événement, très à propos le poète Prévert pour résumer l’esprit qui inspire la politique de celles et ceux qui investissent dans ce domaine: «Il faut être poli avec la terre et le soleil».  Un principe du développement durable, en somme!

(*) SIG Vitale Vert est une énergie fournie à plus de 16’000 Genevois qui ont choisi de s’engager concrètement en faveur des nouvelles énergies renouvelables: ce courant vert, comprend à 97,5% une source hydraulique certifiée «naturemade star» dont les exigences sont contraignantes en matière de protection de l’environnement, et d’autre part des sources de nouvelles énergies renouvelables – en particulier le solaire photovoltaïque – à hauteur de 2,5% au minimum.

img178.jpg