Les Services industriels de Genève (SIG) auraient versé un montant excessif à l’Etat de Genève dans l’acquisition de l’incinérateur des Cheneviers. En effet, le surcoût est estimé entre 100 et 135 millions de francs et a dû faire l’objet d’un amortissement extraordinaire. Le calcul du prix « a été déterminé en 2004 sur la base d’un certain pourcentage d’utilisation des fours », a indiqué le directeur des SIG, André Hurter, dans une interview accordée à la « Tribune de Genève ».

En outre, les SIG doivent faire face à un autre problème, qui est le non du Conseil d’Etat genevois à l’importation de déchets napolitains aux Cheneviers. « Nous devons compter sur des rentrées en moins équivalentes à 30 millions de francs sur quatre ans », a précisé M. Hurter. Les SIG vont donc rechercher d’autres sources de revenus. La régie a aussi sous le bras un plan d’économies de 16 millions de francs. « Si nous n’arrivons pas à nous en sortir, il faudra augmenter nos recettes, par exemple la taxe d’incinération », a encore indiqué le Directeur des SIG.

img8484.jpg

Les SIG ont payé trop cher l’usine des Cheneviers.