Le revenu global des ménages en Suisse s’élevait à 440 milliards de francs suisses en 2004. Parmi tous les types de revenu, les revenus issus de transferts (par ex. revenus provenant de rentes) ont le plus fortement progressé : depuis 1990, ils ont enregistré une croissance réelle annuelle de 3,8% en moyenne. Leur part est passée de 18% en 1990 à 27% en 2004. La principale source de revenu reste cependant le revenu de l’activité salariée, dont la part atteint 60% (63% en 1990).

La distribution des revenus ne s’est pas sensiblement modifiée entre 1998 et 2004. Les ménages faisant partie du quartile des revenus supérieur ont des revenus trois à quatre fois plus élevés que les ménages du quartile des revenus inférieur. Tels sont les principaux résultats d’une nouvelle étude de l’Office fédéral de la statistique consacrée à la composition et à la distribution des revenus des ménages.

Forte croissance des revenus issus de transferts et recul du revenu de la propriété et du revenu de l’activité indépendante
Les revenus issus de transferts ont connu une croissance annuelle réelle de 3,8% en moyenne entre 1990 et 2004. Les principaux revenus issus de transferts sont constitués par les rentes de l’AVS et de la prévoyance professionnelle (PP), dont les parts atteignent respectivement 23% et 18%, suivies par les prestations de l’assurance-maladie obligatoire (AOS; 17%). Les rentes de la PP ont enregistré la plus forte croissance (augmentation annuelle moyenne en termes réels de 5,9%), ce qui traduit une progression du nombre de personnes ayant cotisé pendant de plus nombreuses années et touchant ainsi des rentes plus importantes. Les revenus provenant des prestations en espèces de l’AI ont augmenté en moyenne de 5,7% par année en termes réels. Cette évolution résulte avant tout de la hausse du nombre de bénéficiaires, la rente AI moyenne étant restée quant à elle pratiquement inchangée, après correction de l’inflation.
Le revenu de la propriété a baissé entre 1990 et 2004. Les revenus des intérêts perçus par les ménages ont subi un net recul. Les revenus distribués des sociétés (versements de dividendes) ont suivi une évolution analogue à celle des cours boursiers. Le revenu de l’activité indépendante a aussi diminué.

img5867.jpg

Des informations clés