SOS Familles Emmaà¼s : les finances fondent comme neige au soleil !

par | 7 Mar 2015

SOS Familles Emmaüs de Bourgoin-Jallieu et sa région vient de tenir son assemblée ""générale à la Communauté Emmaüs. Il s’agit d’une association qui fait partie du Mouvement Emmaüs fondé par l’Abbé Pierre. Elle est uniquement animée par des bénévoles et financée principalement par le travail de la Communauté des Compagnons d’Emmaüs. Et si le premier SOS Familles a été créé à Rouen en 1967 par l’abbé Pierre, actuellement les associations SOS Familles sont une cinquantaine réparties à travers la France. Elles sont régies par la loi de 1901. En Isère, on compte une seule association et elle a son siège à Bourgoin-Jallieu. La création de celle-ci remonte à octobre 2006. SOS Familles est animée par une équipe de bénévoles qui ont le souci de faire vivre dans leur activité les valeurs du mouvement Emmaüs : “Accueil et Ecoute, Tolérance et Ouverture, Respect de l’autre, Solidarité et Entraide”.
Dans son bilan, la présidente Marie Vernet faisait part de ses inquiétudes concernant les finances de l’association. Celle-ci propose de l’aide financière mais aussi du micro-crédit aux personnes qui sont en difficultés passagères. SOS Famille Emmaüs de Bourgoin-Jallieu et sa région travaille en étroite collaboration avec le CCAS de Bourgoin-Jallieu, la Croix-Rouge Française, le Panier de Léontine, le Secours Catholique, le Secours Populaire… Depuis 2006, l’association a signé 245 conventions. Celle-ci fait des avances remboursables pour venir en aide aux familles ou aux personnes rencontrant des difficultés financières passagères, en réglant à leur place des factures urgentes. A charge pour ces familles de rembourser à l’association les sommes sans intérêts ni frais à raison de remboursements mensuels raisonnables et étalés dans le temps. Malheureusement, dans la période actuelle, les demandes sont nombreuses.
L’argent prêté vient, en grande partie, de la contribution régulière de la Communauté des compagnons (500 euros/mois), à qui un jour on a tendu la main et qui en aident d’autres maintenant. Depuis 2006 l’association a reçu 84 500 euros (Emmaüs 68 500 euros, dotations d’élus pour 8 500 euros (Alain Cottalorda, Alain Moyne-Bressand et Georges Colombier), caisse des dépôts pour 7.500 euros. Mais l’association a prêté pour 225.000 euros ! L’argent revient et repart pour pouvoir aider à nouveau. S’il faut que les avances soient remboursées, il est à noter que ce n’est pas toujours le cas. Ce qui inquiète beaucoup la présidente. Dans quelques mois, l’association va être obligée de freiner les prêts si les remboursements n’arrivent pas. La situation est critique. Les familles en difficulté sont de plus en plus nombreuses. 55 dossiers ont été montés sur l’année 2013 contre 40 en 2012 ! «Ce n’est pas une bonne croissance», déclarait Marie Vernet. En 2013, l’avance moyenne était de 803 euros (cela va de 250 à moins de 1500 euros), mais en ces temps de crise, cette avance va devoir être à la baisse ! 30 % des aides vont à des couples avec ou sans enfants, environ 30 % à des familles monoparentales, et encore 30 % à des célibataires et, enfin, 10 % à des veufs ou divorcés sans enfants à charge.
Les bénévoles ont longuement discuté et l’assistance était partagée entre optimisme et pessimisme. Quoiqu’il en soit, tous veulent encore y croire en se serrant encore un peu plus les coudes pour aider leurs concitoyens en difficulté.
A l’issue de la réunion il a été procédé au renouvellement du bureau qui se compose comme suit : présidente : Marie Vernet – vice-président : Denis Delatour – trésorier : Joseph Mermet – trésorier-adjoint : Paul Perret – secrétaire : Nicole Meunier.
Enfin, notez que l’association SOS Familles Emmaüs tient des permanences les mercredis après-midi, sur rendez-vous pris après avoir rencontré l’assistante sociale à la Maison des associations du “Mieux-Vivre” au 71 rue de la Libération à Bourgoin-Jallieu. 
Contacts : 04.37.03.12.07 / sosf_bj@hotmail.fr / http://sosfamillesbj.free.fr

Une mobilisation citoyenne partout en France
""Le 1er février 1954, un homme seul, l’abbé Pierre, indigné par la situation des sans abris, lançais un appel à la solidarité alors que l’hiver faisant rage. Il a marqué les esprits et déclenché une vague de solidarité citoyenne sans précédent connue sous le nom de “l’insurrection de la bonté”.
Depuis 60 ans, le Mouvement Emmaüs, solidaire et laïc, lutte contre toutes les formes d’exclusion afin de (re)donner une place aux plus fragiles dans une société qui rejette chaque jour un peu plus ceux qui tentent de vivre ou survivre. Emmaüs a considérablement grandi et n’a eu de cesse de développer et de proposer des solutions innovantes afin de répondre aux besoins exprimés par les personnes qu’il accompagne.
En 2014, la pauvreté et l’exclusion atteignent des niveaux très préoccupants en France : notre pays compte aujourd’hui 8,8 millions de pauvres. Les inégalités ne cessent de se creuser au sein de la société. Le contexte de crise politique, sociale et environnementale actuelle marque la fin d’un système et la perte de valeurs morales fondatrices de notre société.
Le Mouvement, en s’appuyant sur sa longue expérience, dans le sillage des combats portés par l’abbé Pierre, se doit de dénoncer avec force cette réalité insupportable, de dire «ça suffit» et d’affirmer qu’il n’y a aucune fatalité à la misère d’une minorité, que chacun peut vivre dignement de son travail et être un citoyen à part entière.
C’est pourquoi Emmaüs lance un nouvel appel, partout en France, afin d’inviter les citoyens à se mobiliser pour que des solutions soient trouvées, que les personnes en situation d’exclusion ne se retrouvent pas dans des impasses et que la lutte contre la pauvreté soit la priorité des politiques publiques.
Carole Muet


2015-03-07

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest