Entre 1995 et 2005, l’économie de la santé a globalement gagné 5 600
emplois, ce qui correspond à une croissance de 24,2 %, sensiblement plus
forte que celle calculée pour l’ensemble de l’économie (+ 10,3 %). Par rapport à 2001, le dynamisme est analogue : + 7,5 % (+ 2 000 emplois), contre + 4,5 % à l’échelon de l’ensemble de l’économie du canton.

Le différentiel des hausses d’emplois dans la santé est très fort entre les
activités à plein temps (+ 2,1 % entre 2001 et 2005) et celles à temps partiel
(+15,7%).

EN SUISSE
En Suisse A l’échelon du pays, 13 % des emplois sont dédiés au domaine sanitaire, un taux légèrement supérieur à celui calculé pour Genève (12 %1 ). Mais, rapporté à la population résidante, le nombre d’emplois liés à la santé dans le canton apparaît supérieur à celui de la Suisse (66 emplois pour 1 000 habitants à Genève, contre 64 en Suisse). Cette inversion tient au fait qu’à
Genève le nombre d’actifs non résidents est plus important qu’à l’échelon
national où, en particulier, seuls 6% des emplois sont occupés par des travailleurs frontaliers.

La densité d’emplois dans le domaine de la santé est exceptionnelle à Bâle-
Ville, tant sous l’angle des services de santé que des activités industrielles et commerciales.

A L’ETRANGER
En comparaison internationale, les densités d’emplois établies pour Genève et
la Suisse sont élevées. Avec, en 2001, des valeurs se situant au-dessus de 50
emplois pour 1 000 habitants, Genève et la Suisse se détachent de certains
pays voisins, tels l’Allemagne (46 emplois pour 1 000 habitants), la France (31) ou l’Italie (20), et de certains autres pays industrialisés, comme
le Canada (37) ou les Etats-Unis (36).

img6021.jpg

L’économie de la santé a globalement gagné 5 600 emplois depuis 1995!