À l’occasion des vingt ans de sa compagnie, Philippe Saire fait mine d’oublier ses soucis dans le très beau Est-ce que je peux me permettre d’attirer votre attention sur la brièveté de la vie ? Les numéros s’enchaînent dans cette revue détournée qui pratique aussi bien le french cancan que le ballet façon Chorus Line. Mais rien chez Saire n’est emprunté et rendu tel quel, ni le tour de magie joliment ringard ni le tango désespéré. Et si toutes les séquences démarrent très platement – les amorces sont du meilleur effet comique –, elles finissent par prendre une autre tournure. Les danseurs, à l’étroit dans les tristes règles du divertissement, se libèrent, s’envolent littéralement et évoluent vers un vocabulaire plus poétique et généreux. Le contemporain travestit soudain l’ancien. Pour de plus amples informations, vous pouvez consulter le site suivant : http://www.adc-geneve.ch/ .

img7369.jpg

Le spectacle se tient à la salle communale des Eaux-Vives entre les 26 et 31 décembre prochains.