Une fois de plus, Bernard Piguet crée l’événement avec la mise à l’encan d’une collection hors norme: la succession de la Comtesse Lillan Ahlefeldt-Laurvig, légataire universelle de Serge Lifar. Danseur et chorégraphe comptant parmi les plus célèbres de son temps, Serge Lifar incarne le renouveau du ballet français à partir des années 1930. Né à Kiev, le 15 avril 1905, il décède à Lausanne en 1986.

Bernard Piguet, directeur et commissaire priseur de l’Hôtel des Ventes souligne: « Cette collection estimée à plus d’un million de francs comprend des oeuvres majeures de la vie artistique du XXème siècle, mais aussi des objets personnels que le danseur a conservés près de lui toute sa vie ». En effet, les collectionneurs et amateurs pourront ainsi miser tant sur des dessins de Picasso à plus de CHF 100’000, que sur un lot de programmes dédicacés (CHF 200.-), sur sa malle de voyage (CHF 300.-) ou sur son petit ours en peluche fétiche (CHF 200.-).

Serge Lifar, d’origine russe, consacra sa vie à la danse. Il défendit cet art avec ardeur et est à l’origine de son rayonnement dans le monde. En sa qualité de chorégraphe, de directeur et maître de ballets à l’Opéra de Paris, il sut collaborer avec les meilleurs artistes de son siècle, décorateurs, écrivains ou compositeurs. Grâce à son génie et à son enthousiasme, il parvint à élever la danse au rang des arts les plus nobles de son temps.

Les œuvres provenant de sa collection et proposées à l’Hôtel des Ventes sont essentiellement liées à ses ballets: décors de scènes, costumes, partitions de musique… Elles sont signées Bakst, Alexandre Benois, Bérard, Bouchène, Brayer, Buffet, Chagall, Cocteau, Ernst, Gontcharova, Juan Gris, Léger, Maillol, Picabia, Picasso, Stravinsky, pour ne citer que les plus importants d’entre eux.

Les œuvres de son ami et grand admirateur Jean Cocteau méritent une attention particulière. Lifar les a reçues directement de Cocteau ou de Coco Chanel avec laquelle il est lié par une forte complicité jusqu’à la fin de sa vie. Parmi ces œuvres figurent des dessins originaux illustrant son livre Opium (CHF 40’000-60’000), des manuscrits autographes d’œuvres majeures telles que Orphée (CHF 10’000-15’000), La Machine Infernale (CHF 10’000-15’000), L’Ange Heurtebise (CHF 6’000-9’000) et un carnet de plus de 40 croquis de son voyage autour du monde avec Marcel Khill (CHF 20’000-30’000). Cocteau lui a aussi confié plusieurs poèmes manuscrits de Raymond Radiguet (CHF 8’000-12’000), jeune prodige de la littérature française, mort à 20 ans de la fièvre typhoïde après un voyage avec Cocteau.

De nombreux lots de sa collection sont en rapport avec la Russie qu’il affectionnait en raison de ses origines. On y retrouve ainsi des oeuvres de Bakst, Larionov et Gontcharova, Prokofiev, Remizov, Schervachidze, Stravinsky, Tchelitchew. La vente comprend également de l’argenterie, des icônes, des miniatures, des livres et des objets d’art russe.

img18538.jpg

Une fois de plus, Bernard Piguet crée l’événement avec la mise à l’encan d’une collection hors norme.