Le Groupe BCGE enregistre une hausse marquée de ses résultats au premier semestre 2006, par rapport aux six premiers mois de l’exercice précédent. Le bénéfice net s’élève à 35.0 millions de francs (+ 70.8%) et le bénéfice brut à 48.3 millions (+ 28.5%). Cette progression résulte d’une accélération de la croissance des produits d’exploitation (+ 9.4%, à 148.1 millions) et d’une bonne maîtrise des charges.

Rentabilité croissante
Le Groupe BCGE accroît substantiellement sa rentabilité. Le rapport entre les coûts et les revenus (Cost Income Ratio) passe ainsi de 72.3% à 67.4%. Le rendement du capital (Return On Equity) approche du palier de 10%, à 9.6%. Les hypothèques et les crédits à la clientèle connaissent une légère augmentation de respectivement 0.7% et 0.1%, alors que Ies fonds de la clientèle privée sous gestion discrétionnaire poursuivent leur progression. Les perspectives pour le reste de l’année sont positives. La BCGE prévoit pour 2006 une croissance régulière du bénéfice brut et un bénéfice net en progression sensible par rapport à l’an dernier.

Bénéfice net en forte progression
Les résultats du premier semestre 2006 du Groupe BCGE confirment le renforcement continu de la capacité bénéficiaire du Groupe. Au 30 juin 2006, le bénéfice net s’inscrit en hausse de 14.5 millions de francs par rapport au premier semestre 2005. Pour sa part, le résultat opérationnel (avant éléments extraordinaires et impôts) a augmenté de 74.6%, passant de 20.6 millions au premier semestre 2005 à 35.9 millions pour les six premiers mois de 2006 (+ 15.3 millions).

Croissance de 28.5% du bénéfice brut
Le bénéfice brut progresse de 10.7 millions de francs par rapport à la même période de l’année précédente. Ce résultat provient principalement d’une augmentation des principaux produits d’exploitation, à 148.1 millions (+ 9.4%) et d’une bonne maîtrise des charges.

Augmentation marquée des produits
Les métiers stratégiques de la BCGE connaissent une croissance réjouissante (hypothèques, entreprises et gestion). Ainsi, les opérations d’intérêts augmentent de 5.9%, à 91.8 millions de francs. Les opérations de commissions et de prestations de service enregistrent une progression soutenue de 17.2%, à 47.8 millions. Quant aux opérations de négoce, elles progressent de 57.9%, à 8.2 millions. Notamment, l’activité de la Salle des marchés a été très rentable dans le domaine des changes (transactions pour la clientèle).

Marge d’intérêts robuste
Les opérations d’intérêts, qui s’élèvent à 91.8 millions de francs, représentent 62.0% des produits d’exploitation. Avec la légère contraction du bilan, la progression de ce chiffre démontre un accroissement confirmé de la marge d’intérêts, qui passe à 1.42%, contre 1.32% au 30 juin 2005, reflet d’une stratégie de gestion prudente du bilan, suivie avec constance depuis 2001.

Amélioration du rapport profitabilité/risque
Le total du bilan passe de 12.783 milliards de francs au 31 décembre 2005 à 12.646 milliards au 30 juin 2006 (- 1.1%). Le bilan de la BCGE se stabilise à un niveau en adéquation avec les objectifs fixés. Ceci dans un contexte d’amélioration méthodique du ratio profitabilité/risque. L’évolution enregistrée au premier semestre (-136.9 millions) résulte aussi de la poursuite du programme de remboursement de l’encours de la Fondation de valorisation, qui diminue de 238.9 millions. Ainsi, cette créance passe sous le seuil de deux milliards et ne représente aujourd’hui plus que 1.921 milliard sur les 5.3 milliards initiaux. Pour leur part, les créances hypothécaires progressent de 43.5 millions, à 6.235 milliards (+ 0.7%), notamment grâce à d’excellents développements dans le marché des particuliers. Les créances sur la clientèle (hors Fondation de valorisation) sont pratiquement stables, à 2.648 milliards (+ 0.1%).

L’épargne déposée auprès de la BCGE est en retrait, principalement pour des raisons de nature technique, de 278.9 millions de francs, à 4.583 milliards (- 5.7%). Cette évolution s’explique par le transfert d’une partie de l’épargne traditionnelle vers d’autres formes de placements plus attractives (gestion de fortune, prévoyance, dépôts à terme) ou d’autre types de comptes non assimilés à l’épargne. L’épargne finance 36.2% de la totalité du passif du bilan. Par ailleurs, la couverture des crédits hypothécaires par l’épargne est à un niveau élevé, avec un taux de 73.5%. En baisse de 147.9 millions, à 3.458 milliards, le financement à long terme a été adapté en profitant de bonnes conditions des taux. Quant aux engagements envers les banques, qui s’élèvent à 486 millions, ils se maintiennent à un niveau optimal.

Commissions en nette progression
Les opérations de commissions sont en hausse marquée de 17.2%, à 47.8 millions de francs. Ce chiffre représente près du tiers des produits d’exploitation. Cet accroissement important provient des deux principaux secteurs d’activité, grâce à la progression des opérations de gestion de patrimoine ainsi qu’au dynamisme des financements du commerce international. Les commissions sur titres et placements progressent de 31.0%, à 22.3 millions. Pour leur part, les commissions sur opérations de crédit augmentent de 16.4%, à 18.4 millions.

Succès de la gestion de fortune BCGE
Les fonds de la clientèle privée sous mandat de gestion discrétionnaire progressent constamment, confirmant le positionnement de la BCGE comme un des acteurs leaders de la gestion des petites et moyennes fortunes. Au 30 juin 2006, ils s’élèvent à 1.414 milliard de francs, en hausse de 11.8% sur six mois. Le retrait technique de l’épargne et l’évolution des marchés boursiers au deuxième trimestre 2006 entraînent une réduction globale des actifs sous gestion de 2.4%, à 11.494 milliards. Après une hausse de 374 millions de francs en 2005, la masse institutionnelle, gérée par la filiale Synchrony Asset Management (SAM), enregistre une variation négative de 75 millions, à 2.626 milliards. La filiale Anker Bank, spécialisée dans la gestion de fortune en Suisse, a enregistré une progression des actifs gérés et administrés de 2.9%, à 972.1 millions.

Légère augmentation des charges
Les charges ont connu une légère hausse de 2.0%, à 99.9 millions de francs. La progression est principalement due à une hausse de 1.6 million des charges de personnel, à 55.7 millions, reflet de la formation intensifiée, du développement de nouvelles compétences et de l’engagement de spécialistes de haut niveau. En revanche, les autres charges d’exploitation sont pratiquement inchangées, avec une augmentation de 0.4 million, imputable aux coûts de préparation de l’évolution du système d’information et aux travaux de rénovation des agences.

Solidité financière confirmée
Les fonds propres comptables s’élèvent à 692.1 millions de francs, contre 652.9 millions un an auparavant, ce qui représente 5.5% du total du bilan (5.0% en 2005). A 143.0%, le taux de couverture des fonds propres atteste de la solidité de la situation financière de la BCGE.

Augmentation réjouissante du nombre de «clients actionnaires»
La BCGE se réjouit de la poursuite de l’augmentation du nombre d’actionnaires
privés, signe tangible de l’attachement de la communauté de Genève et de sa région à sa Banque. Au 30 juin 2006, 6’644 personnes possèdent des actions de la BCGE, dont les deux tiers environ sont des porteurs détenant moins de 25 titres, soit 490 de plus qu’en décembre 2005.

Perspectives positives
Pour la fin de l’année et avec les réserves d’usage, la BCGE prévoit une amélioration des revenus, une maîtrise des charges et, partant, une croissance régulière du bénéfice brut. Une gestion stricte des risques et une baisse des amortissements permettent de tabler sur un bénéfice net 2006 en progression sensible par rapport à 2005.

img682.jpg

Le bénéfice net de la BCGE s’élève à 35.0 millions de francs (+ 70.8%)