Trames: le vertige des tympans

par | 25 Jan 2011

Mon intention est de travailler directement sur l’ensemble des murs de la maison. Je compte mettre en place une série de fresques sonores qui habilleraient comme des tapisseries l’ensemble des pièces de la maison.

L’installation s’apparenterait à une espèce de seconde peau sur les murs de chaque pièce, du rez-de-chaussée au grenier (parfois même au sol et au plafond), comme un revêtement sonore ininterrompu et vibrant qui offrirait une expérience d’écoute interactive et immersive.

Pour cette installation, je vais utiliser 20 000 haut-parleurs piezos (petites pastilles dorées), aimantés sur des clous et reliés avec des cordes à piano et du fil de cuivre. Les motifs évolueront progressivement d’un espace à l’autre.

L’abstraction minimale de ces motifs permettra de laisser une place majeure à la projection mentale de chacun dans sa réception des sons.

Je pense obscurcir totalement les pièces et travailler sur un éclairage partiel des espaces afin de sensibiliser l’ouie des visiteurs et de leur proposer une déambulation qui troublerait leur perception de l’espace. Les sons diffusés varieront d’un espace à un autre. La plupart d’entre eux proviendront de divers enregistrements réalisés durant ma résidence à Chengdu (Sishuan-Chine).

Vous trouverez dans ce dossier, un budget avec plan de financement, une sélection d’images d’installations où j’utilise cette même technique et des représentations de motifs géométriques potentiels pour ce projet. Je joins également un dossier présentant mon travail artistique de 2007 à 2010.

« J’aime les sons physiques et les masses sonores, que l’on peut appréhender avec tout son corps. Je pense que je définirai les bons sons comme flottants et organiques, ce sont ceux qui évoquent le plus de choses et touchent l’âme sensiblement. Plus qu’un résultat musical, c’est l’expérience du son que j’aime partager lors de mes improvisations.»
Alexandre Joly

Alexandre Joly est plasticien, artiste sonore, et performe parfois même sur les plateaux de théâtre ou de danse.
Il développe depuis plusieurs années un travail lié à la création sonore. Qu’il s’agisse de dispositifs installés ou de performances, un des axes de son travail est d’explorer le son comme matière à sculpter. Il élabore ainsi une recherche kaléidoscopique, en épuisant différentes configurations entre les modes de diffusion et de réception du son, et une mise en scène propice à une écoute sensible. Il a été deux fois l’invité de la Villa Bernasconi, une fois dans le parc pour une performance sonore, une fois dans le grenier pour une installation de plumes de paon, dans le cadre de l’exposition collective Home.

Dans les salles de spectacle de l’Arsenic, de l’adc ou du Grütli, il a assuré des scénographies, décors ou costumes, ou parfois le jeu auprès d’Estelle Héritier, Marielle Pinsard, de la Cie 7273 ou de l’Alakran. Pas étonnant qu’Eric Linder, Claude Ratzé et Thuy San Dinh, les directeurs du tout nouveau festival Antigel – festival international de danse et de musique – retiennent son nom. Pour cette première édition d’Antigel, la Villa Bernasconi accueille l’hôte d’exception, le maillon qui réunit les expressions artistiques. Les directeurs du festival et le service culturel de Lancy s’unissent pour recevoir ce nouveau projet d’Alexandre Joly qui chorégraphie des sons sur les murs de la Villa, entre lesquels seront réunis amateurs de musique, de danse, d’arts plastiques et performatifs.

Service culturel de Lancy.

Exposition personnelle à la Villa Bernasconi du 12 février au 3 avril 2011.

img16664.jpg

Exposition personnelle à la Villa Bernasconi du 12 février au 3 avril 2011.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest