Les prix des transports de marchandises ont augmenté de 0,8% entre octobre 2005 et avril 2006. Cela porte l’indice à 105,2 points (base avril 2001 = 100). Les prix des transports ferroviaires ont progressé de 1,3%, ceux des transports routiers de 0,6%. Par rapport à l’année précédente, les prix des transports de marchandises, rail et route confondus, ont augmenté de 2%.
Rail: hausse de 1,3%.

Le Rail
Les prix des transports ferroviaires de marchandises ont augmenté de 1,3% entre octobre 2005 et avril 2006. Un peu plus de la moitié de cette augmentation est due à la hausse du cours de l’euro par rapport au franc suisse. L’appréciation de l’euro, monnaie de référence pour les transports ferroviaires internationaux, a en effet fait augmenter les prix convertis en francs suisses. La hausse des prix a été particulièrement marquée (+3,8%) dans le transport combiné, secteur où les prix (en euro) étaient restés stables pendant plusieurs années. Les prix des transports d’«autres marchandises» (wagons standards et wagons spéciaux) ont progressé en moyenne de 0,7%. On observe, en revanche, une baisse de 0,7% des prix des transports de produits pétroliers. Dans ce segment du marché, le libre accès au réseau ferroviaire a créé une concurrence qui se traduit depuis plusieurs années par une baisse sensible des prix (-21% depuis avril 2001). Par rapport à avril 2005, le niveau des prix des transports de marchandises par le rail a progressé de 1,5%.

La Route: hausse de 0,6%
Les prix des transports de marchandises par la route ont augmenté de 0,6% entre octobre 2005 et avril 2006. Le prix des transports de chantier a augmenté à un rythme supérieur à la moyenne (+1,9%). Les prix des transports frigorifiques et des transports pétroliers ont augmenté de 1,3%. L’évolution est minime pour les transports de colis de détail (+0,1%), malgré la bonne conjoncture. Les prix des transports par conteneurs, qui avaient le plus fortement augmenté il y a un, ont légèrement reculé (-0,5%). En rythme annuel, les prix des transports de marchandises par la route ont augmenté de 2,1%, augmentation qui s’explique en premier lieu par la hausse du prix des carburants. Après la forte hausse d’avril 2005 (+8,1%), consécutive au relèvement de la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP), l’évolution du prix des transports routiers est donc redevenue plus modérée.

L’évolution des prix des transports par le rail et par la route n’est pas toujours directement comparable
L’indice des prix à la production pour les transports de marchandises présente, depuis l’année 2001, l’évolution des prix dans plusieurs segments de marché des transports routiers, des transports ferroviaires et des deux modes de transport réunis. L’évolution des prix dans un segment de marché donné ne permet toutefois pas de conclure directement à un changement dans la situation concurrentielle des deux modes de transport. Il faut, dans l’interprétation des chiffres, tenir compte des rapports particuliers qui existent entre le rail et la route dans chaque segment de marché. Dans la plupart des cas, les prestations des deux modes de transport pris en considération dans la statistique des prix ne sont pas directement comparables. Dans les transports pétroliers, par exemple, le rail relie les ports rhénans, les raffineries et les grands centres de stockage tandis que la route assure surtout la distribution vers les stations d’essence et les ménages. Dans les transports combinés, la rail et la route offrent des prestations complémentaires : le rail sert aux transports entre les terminaux ferroviaires, la route aux transports de l’expéditeur vers le terminal et du terminal vers le destinataire. Dans les transports de colis de détail, la route permet de transporter des colis isolés sur toutes sortes de distances tandis que le rail (wagons couverts standards) sert à acheminer surtout des chargements complets sur de longues distances. Il existe des segments de marché dans lesquels la route et le rail se font directement concurrence. C’est le cas surtout pour les transports de chargements complets de marchandises sur palettes, de marchandises liquides ou de marchandises en vrac. Mais même là, la concurrence n’existe que sur les axes qui sont dotés à la fois d’infrastructures routières et d’infrastructures ferroviaires. Ces segments de marché sont pris en considération dans la statistique des prix mais n’apparaissent pas séparément dans l’indice.

img408.jpg

Les prix des transports ferroviaires de marchandises ont augmenté de 1,3% entre octobre 2005 et avril 2006