Le 13 mars 2011 avaient lieu les élections des conseillers municipaux des 45 communes du canton. Pour la Ville de Genève, 80 sièges ont été pourvus, pour la législature 2011-2015. Le 17 avril prochain c’est au tour de l’Exécutif d’être choisi. Sur les nombreux candidats, l’Extension a choisi de présenter les 3 femmes «papables». Portrait Proustien pour: Sandrine Salerno, pour Les Socialistes, Florence Kraft-Babel pour le PLR et Esther Alder, pour Les Verts.

Sandrine Salerno, Les Socialistes
Sandrine Salerno est née en 1971 à Genève. Mère de deux enfants, elle est Maire de la Ville de Genève depuis le 1er juin 2010. Tout au long de son mandat, la magistrate socialiste a pour volonté d’aller à la rencontre de ceux qui «font Genève». Cette femme de caractère qui possède trois passeports (suisse, italien et français) aime le «vrai» café et les combats politiques corsés!

Ma devise: Celle de la Suisse qui figure sous la Coupole fédérale: «un pour tous, tous pour un.»
Ma vertu préférée: La justice.
Le principal trait de mon caractère: Le courage.
La qualité que je préfère chez un homme: L’empathie
La qualité que je préfère chez une femme: Pourquoi devrait-elle être différente de celle d’un homme?
Mon principal défaut: L’impatience.
Ma principale qualité: L’honnêteté.
Ce que j’apprécie le plus chez mes amis: Leur présence.
Mon occupation, loisir préféré: Les promenades en famille, sac au dos, à la découverte de la Suisse.
Mon rêve de bonheur: Un monde juste, pour toutes et tous.
Quel serait mon plus grand malheur? Perdre un proche.
A part moi-même qui voudrais-je être? Une chanteuse d’opéra.
Où aimerais-je vivre, dans quel pays? J’aime bien Genève, merci.
La couleur que je préfère: Le rouge, sans hésiter.
La fleur que j’aime: Le coquelicot.
L’oiseau que je préfère: L’aigle, pas uniquement car il est genevois, mais aussi car il sait prendre de la hauteur.
Poète préféré: Paul Eluard.
Compositeur préféré: Beethoven.
Peintre préféré: Mes filles.
Héros ou héroïne dans l’histoire: Les femmes qui se sont battues pour obtenir le droit de vote.
Héros ou héroïne dans la vie réelle: Les femmes célibataires avec enfant(s), un emploi précaire et qui se battent au quotidien pour s’en sortir.
Ma nourriture et boisson préférées: Le fromage et un bon verre de vin.
Ce que je déteste par-dessus tout: L’hypocrisie et la méchanceté, les promesses non-tenues.
La réforme que j’estime le plus: La démocratisation des études.
Le don de la nature que je voudrais avoir: Être capable d’apporter la sérénité en toute situation.
Comment j’aimerais mourir: En dormant.
L’état présent de mon esprit: Agir pour une ville solidaire qui ne laisse personne sur le carreau.
La faute qui m’inspire le plus d’indulgence: Le retard, je ne suis pas exempte de critiques sur ce point.

www.sandrinesalerno.ch

Esther Alder, une femme engagée
Née en 1958, à Soleure, Esther Alder est maman de deux jeunes garçons de 6 ans.
Engagée auprès des Verts depuis 15 ans, elle défend avec ardeur les principes écologistes et poursuit, en les appliquant, son combat en faveur des personnes les plus défavorisées de sa ville, par l’intermédiaire de l’association Carrefour-rue qu’elle dirige. Active notamment dans les domaines du social, du logement, de l’économie, des affaires régionales et de la Commission des visiteurs officiels qu’elle a présidée.

Ma devise: En vert et contre tous.
Ma vertu préférée: la patience
Le principal trait de mon caractère: la constance
La qualité que je préfère chez un homme, et chez une femme!: l’engagement.
Mon principal défaut: Difficile à dire….peut-être têtue, il découle de ma principale qualité, la persévérance.
Ce que j’apprécie le plus chez mes amis: la fidélité
Mon loisir préféré: j’ai peu de temps pour les loisirs, sinon je me ressource dans la nature, les parcs environnants en compagnie de ma famille et mes enfants.
Mon rêve de bonheur: que le bonheur soit partagé par tous.
Quel serait mon plus grand malheur? qu’il arrive quelque chose à mes enfants.
A part moi-même qui voudrais-je être? une fée.
Où aimerais-je vivre, dans quel pays? un pays idéal, sans frontière. Nous vivons une époque où les frontières se referment, les gens ont peur.
La couleur que je préfère: le vert, bien sûr, la couleur de l’espoir!
La fleur que j’aime: l’edelweiss, il représente la Suisse, et il faut le protéger.
L’oiseau que je préfère: la colombe, symbole de la paix.
Un poète: Prévert
Votre compositeur préféré: Erik Satie.
Votre peintre préféré: Monet.
Un héros ou héroïne dans l’histoire: Robin des Bois.
Héros ou héroïne contemporain: Sœur Emmanuelle.
Ma nourriture et boisson préférées: celle des saisons, produite localement et respectueuse de l’environnement, le jus de pomme des paysans et le vin des viticulteurs genevois.
Ce que je déteste par dessus tout: l’arrogance.
La réforme que j’estime le plus: Le suffrage féminin, introduit au niveau fédéral après la votation du 7 février 1971.
Comment j’aimerais mourir: entourée des miens.
L’état présent de mon esprit: serein.
La faute qui m’inspire le plus d’indulgence: les comportements marginaux induits par l’injustice sociale, des conditions de vie difficiles.

www.estheralder.ch

Florence Kraft-Babel, Construire un monde équilibré et harmonieux.
Florence Kraft-Babel est née en 1951, au Pays-Bas. Elle a par la suite grandi en Suisse, à Genève. Entreprenante, travailleuse et amoureuse des belles choses et des arts, elle se passionne pour la musique, pour la direction d’orchestre et la transmission de ses valeurs. Devenue maman, elle fonde une école, où, selon sa vision éducative, la musique tient une place aussi importante que les autres matières.
Organiser, entreprendre, partager ont guidé son parcours de vie. Engagée en politique au sein du parti PLR les Libéraux, elle déclare désirer mettre toutes ses forces et son expérience à défendre sa ville, ses valeurs, ses projets, son avenir.

Ma devise: elle est hollandaise, comme mes origines: Je maintiendrais.
Ma vertu préférée: la loyauté.
Le principal trait de mon caractère: la générosité.
La qualité que je préfère chez un homme: la sincérité.
Chez une femme: l’élégance.
Mon principal défaut: l’impatience.
Ma principale qualité: La détermination, je ne lâche pas une cause en laquelle je crois.
Mon loisir préféré: recevoir et cuisiner pour mes invités.
Mon rêve de bonheur: partager la vie avec les autres.
Quel serait mon plus grand malheur? qu’il arrive quelque chose à mes enfants.
A part moi-même qui voudrais-je être? un compositeur, ou plutôt une compositrice. Il y a d’ailleurs peu de femme compositrice.
Où aimerais-je vivre, dans quel pays? dans le sud, dans un pays méditerranéen.
La couleur que je préfère: bleu émeraude.
La fleur que j’aime: le laurier rose
L’oiseau que je préfère: l’ hirondelle
Un poète: Charles-Ferdinand Ramuz
Votre compositeur préféré: Arthur Honegger.
Votre peintre préféré: Paul Klee.
Un héros ou héroïne dans l’histoire: Catherine Cheynel, plus connue sous le nom de Mère Royaume, qui s’est illustrée par la marmite de soupe lancée pendant l’assaut de Genève en 1602.
Héros ou héroïne contemporain: Carla del Ponte, car c’est une femme engagée, notamment contre les crimes de l’humanité.
Ma nourriture et boisson préférées: des spécialités locales, le gratin de cardons et le jus de pommes.
Ce que je déteste par-dessus tout: la vulgarité.
La réforme que j’estime le plus: celle de Jules Ferry qui a rendu l’école gratuite et obligatoire pour tous.
Comment j’aimerais mourir: le plus tard possible, au couché du soleil, entourée des miens.
L’état présent de mon esprit: frétillant, pétillant.
La faute qui m’inspire le plus d’indulgence: l’ignorance.

www.florencekraft-babel.ch

img17013.jpg

Portrait Proustien pour: Sandrine Salerno, pour Les Socialistes, Florence Kraft-Babel pour le PLR et Esther Alder, pour Les Verts.