Washington s’inquiète : l’application gay Grindr, qui appartient à un groupe chinois, pourrait servir à Pékin pour faire «chanter» ses utilisateurs.

Lire l'article originel >>