L’Organisation mondiale de la santé (OMS) va lancer fin 2009 au Burkina un nouveau vaccin plus efficace contre la méningite, une maladie qui tue chaque année des milliers d’Africains.

« On pensait introduire le vaccin d’ici la fin de l’année (2008) mais malheureusement ce ne sera plus possible. On prévoit donc (son) introduction fin 2009 », a indiqué à l’AFP le Professeur Marc Laforge, directeur du Projet vaccin contre la méningite, rattaché à l’OMS et basé à Genève.

Les essais cliniques réalisés en Gambie, au Mali et au Sénégal, se sont « très bien » passés. « Le vaccin est sûr » et assure une forte immunité, a-t-il dit, lors d’une visite à Bouna dans le nord-est de la Côte d’Ivoire.

Le Burkina fait partie de la « ceinture méningite », une région subsaharienne s’étendant du Sénégal à l’Ethiopie où la maladie est très présente.

Le Minafrivac, nom du nouveau vaccin, sera fabriqué par le laboratoire indien Serum institut for India. Il devrait notamment permettre d’immuniser les individus pendant dix ans, contre deux à trois ans pour l’ancien vaccin.

Selon le professeur Dominique Caugant, chercheur à l’Institut national de la santé publique à Oslo (Norvège), partenaire du Projet, le nouveau vaccin protégera « tous les âges », particulièrement les enfants de moins de deux ans qui n’étaient pas protégés par l’ancien vaccin.

« Les prix des nouveaux vaccins sont généralement de l’ordre de 15 à 20 dollars par unité. L’avantage de ce nouveau vaccin, c’est qu’il va coûter 200 FCFA (environ 0,3 euro) par dose (unité) », a affirmé le professeur Mandy Kader Kondé, représentant Afrique du Projet vaccin contre la méningite.

« Nous avons un contrat ferme avec la société Serum institut for India pour produire chaque année vingt-cinq millions de doses de vaccins Minafrivac destinées aux pays africains pendant dix ans », a-t-il ajouté.

La méningite, dont l’agent causal est le méningocoque, est une maladie très contagieuse. Elle se manifeste par une montée brutale de température, de violents maux de tête, des vomissements et une raideur du cou.

En 2007, une épidémie avait déjà fait plus de 2.000 morts dans neuf pays ouest-africains: Côte d’Ivoire, Ghana, Bénin, Mali, Niger, Nigeria, Tchad, Togo et Burkina Faso. Ce dernier avait été le plus durement touché, en enregistrant « à lui seul 75% des victimes », selon l’ONU.

img8008.jpg

Le nouveau vaccin protégera « tous les âges ».