Le Président Zine El Abidine Ben Ali a souligné, dans un discours qu’il a prononcé à l’ouverture de la conférence internationale sur le thème « Le terrorisme : Dimensions, menaces et contre-mesures », à laquelle participent, notamment, M. Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, et les représentants des organisations onusiennes, internationales, régionales et arabes spécialisées, que la tenue de cette conférence en Tunisie illustre le souci commun d’appuyer toutes les initiatives régionales et internationales tendant à instaurer la quiétude et la paix dans le monde. Le Chef de l’Etat tunisien a indiqué que le terrorisme est un comportement agressif, contraire à toutes les normes morales, religieuses, sociales et civilisationnelles. Il constitue une atteinte flagrante à la souveraineté des Etats, à la Charte des Nations Unies et à l’ensemble des chartes et traités internationaux, a ajouté le Président de la République, mettant en relief que le terrorisme constitue un phénomène pathologique qui a marqué l’histoire de l’humanité depuis les temps les plus anciens, et qui s’est mué, dans la période moderne, en fléau transcontinental, menaçant la sécurité et la stabilité dans le monde.

Le Président Ben Ali a fait remarquer que la lutte contre ce fléau ne doit pas compter exclusivement sur les solutions sécuritaires, qui restent néanmoins nécessaires, et que le traitement préventif est tributaire de l’élimination des causes qui sont à l’origine de l’apparition du terrorisme, notamment par la promotion de la vie quotidienne des personnes, à travers le développement de l’éducation et de la culture, l’amélioration de la condition de la femme et la lutte contre la pauvreté.

Le Chef de l’Etat a rappelé, dans ce contexte, la stratégie nationale de réforme, de développement, de réhabilitation et de modernisation qu’il a mise en oeuvre, depuis le changement, qui assure une liaison étroite entre la croissance économique et le progrès social et qui traite les phénomènes de privation et de déséquilibre qui sont générateurs de sentiments d’injustice et d’iniquité et d’une tendance au désespoir et à la résignation. Le Président de la République a également souligné l’importance de la promotion de la condition de la femme et de l’amélioration de sa situation au sein de la famille et de la société dans la réalisation du progrès des nations. Il a rappelé le processus de réforme authentique enregistré en Tunisie, à ce niveau, et qui s’est conforté à l’ère du Changement, à travers la promotion accrue de la place de la femme, dans tous les domaines.

Amalgame « Islam – Terrorisme » dénoncé
Le Chef de l’Etat a réaffirmé que la Tunisie dénonce, une fois de plus, l’amalgame fait aujourd’hui, en occident, entre le terrorisme et l’Islam, et qu’elle est déterminée à aller de l’avant dans le renforcement du dialogue entre les peuples, les cultures, les civilisations et les religions. Il a rappelé la publication de  »la Charte de Carthage sur la Tolérance », la création de  »la Chaire Universitaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions », l’institution du  »Prix Mondial du Président de la République pour les études islamiques », et d’autres initiatives encore, en collaboration avec les organisations régionales, dans le but d’enrichir l’effort d’interprétation (Ijtihad). Il a également évoqué sa proposition, en 1989, portant sur la conclusion d’un pacte pour la paix et le progrès entre les pays du nord et les pays du sud, l’adoption, à l’unanimité, par l’Assemblée Générale des Nations Unies, de son appel à la création d’un fonds mondial de solidarité et de lutte contre la pauvreté, ainsi que son appel, en 2003, à l’organisation d’une conférence internationale, sous les auspices des Nations Unies, en vue d’arrêter une stratégie internationale pour la lutte contre le terrorisme, l’élimination de ses causes et l’établissement d’un code de conduite en la matière, engageant toutes les parties signataires.

Philippe Amez-Droz

img6961.jpg

Le Chef d’Etat tunisien Zine El Abbidine Ben Ali lors de son allocution d’ouverture de la conférence consacrée au terrorisme, en présence du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon. (LDD.