Un projet croupion serait un échec

par | 15 Sep 2008

Michel Balestra, vous conduisez la liste «g[e]’avance» qui regroupe les candidats à la Constituante issus des milieux économiques (quarante-quatre personnes représentant une douzaine d’associations): quelles sont les raisons de cet engagement personnel?
Michel Balestra: «L’élection de la Constituante est un événement majeur pour notre canton. Travailler avec une douzaine d’associations représentatives de l’économie avec comme objectif de mener à la victoire une liste de quarante-quatre candidats exceptionnels c’est un défi qui m’intéresse particulièrement. La coordination du travail des candidats de «g[e]’avance» m’a déjà donné d’immenses satisfactions et je suis certain que ce n’est pas terminé.»

Dans les domaines du logement, des transports, de l’environnement – tout ce qui relève d’une certaine conception du développement durable – pensez-vous que l’on évitera les écueils d’un débat gauche-droite?
«Nous ne nous sommes pas engagés à la légère. Mais devant la décision politique d’ouvrir l’accès à la Constituante avec un quorum de 3% et l’enthousiasme populaire de plus de 80% des votants, l’économie ne pouvait pas être absente du débat. Et pour participer au débat, le moyen le plus concret c’est de présenter des candidats de valeur qui soient porteurs d’un projet enthousiasmant à l’élection.»

L’actuelle Constitution comprend des chapitres et articles qui portent sur des valeurs et droits de l’individu remontant à 1847 alors que d’autres articles reflètent des débats politiques récents, comme l’article 160E sur l’énergie ou l’article 160F sur la protection des locataires. La Constituante s’apprête-elle à effectuer un toilettage ou une grande lessive?
«Un toilettage aurait été proposé par le législatif, une grande lessive ne serait pas acceptée par la population genevoise. «g[e]’avance» propose un projet moderne, social, intelligent. Et les candidats élus chercheront le consensus le plus large possible. Avec comme objectif d’établir des règles qui permettent aux citoyens genevois de vivre mieux demain qu’aujourd’hui. Il faut pour cela une économie compétitive et en croissance, respectueuse de l’environnement et au service des citoyens de ce canton.

L’ancien Conseiller d’Etat radical Guy-Olivier Segond s’étonne de la candidature d’un Christian Grobet ou d’un Michel Barde, retraités comme lui de la scène politique genevoise. Votre réaction?
«Michel Barde a consacré toute sa carrière à la défense de l’économie genevoise. Il est encore très impliqué au niveau international comme représentant de la Suisse au BIT. Se priver de ses compétences et de son expérience serait regrettable.»

Huit des dix-huit listes sont issues de ce l’on dénomme «la société civile» et non pas directement des partis politiques traditionnels.
Le PDC n’exprime-t-il pas une plus grande cohérence, au sein de l’Entente bourgeoise, en présentant une liste strictement issue de ses rangs? Les partis politiques seraient-ils en perte d’image face aux milieux associatifs?

«Ce sont les députés, représentants les partis politiques qui ont proposé une élection ouverte à la Constituante. 80% des électeurs les ont plébiscités. L’objectif est atteint. C’est la réussite de leur projet à laquelle nous assistons et pas une preuve d’une quelconque défiance.»

Parmi les listes issues de la société civile, on trouve des associations comme l’Avivo (retraités), Pic-Vert (propriétaires de villa), Femmes engagées, etc. Quels seront les axes principaux du programme de «g[e]’avance» pour ne pas apparaître comme un «super lobby»?
«Si l’étatisme et le socialisme scientifique fonctionnaient, les Russes seraient les maîtres du monde. Sans entreprises pas d’emplois, sans emplois pas de salaires, sans salaires pas d’impôts, sans impôts pas de redistribution et pas d’Etat. L’économie n’est pas un lobby comme ceux que vous avez cités. La compétitivité économique et la croissance sont les préalables indispensables au bon fonctionnement d’une société moderne.»

Aréopage représentatif de la population genevoise, les quatre-vingts élus de la Constituante auront quatre ans pour fixer les contours du projet qu’ils soumettront au souverain d’ici 2012. Pensez-vous qu’il faudrait, au départ, fixer une feuille de route précise afin d’éviter les écueils propres au Parlement genevois?
««g[e]’avance» propose un projet et l’a concrétisé dans un texte précis. Les candidats élus essaieront d’en faire partager les objectifs par les autres élus de la Constituante. Personne n’a le pouvoir de fixer une ligne pour la Constituante. Mais nous avons le devoir de nous présenter avec un projet de société ambitieux et l’espoir de le faire partager par le plus de monde possible.»

Pour conclure, la nouvelle Constitution genevoise devrait être celle du XXIème siècle: les 80 acteurs et auteurs de celle-ci devraient-ils viser le plus grand ou le plus petit dénominateur commun pour atteindre leurs objectifs?
«Un projet croupion serait un échec regrettable, Genève vaut mieux que ça. Elle vaut bien un large consensus pour un brillant avenir de capitale économique et culturelle de la région et pour un développement harmonieux des institutions qui alimentent son rayonnement international.».

img10360.jpg

Michel Balestra, «g[e]’avance»

Découvrez également :

1 semaine pour 1 emploi : l’opération nord-iséroise maintenue à Villefontaine

Organisé du 1er au 9 octobre en région Auvergne-Rhône-Alpes, l'événement se donne pour objectif de répondre à la crise économique tout en s'adaptant aux risques sanitaires. En Isère, en combinant rendez-vous physiques et digitaux, ce ne sont pas moins de 16 événements...

Marie-Pierre Montoro-Sadoux à la tête de Chambéry-Grand Lac économie

Première adjointe au maire d’Aix-les-Bains et conseillère régionale, Marie-Pierre Montoro-Sadoux  succède à Xavier Dullin à la présidence de Chambéry- Grand Lac économie. Lancé en 2017, le syndicat mixte œuvre au développement économique du territoire....

Votations : un vent progressiste souffle sur Genève et la Confédération

Rejet de l’initiative dite « de limitation » de la libre circulation, adoption d’un salaire minimum et d’un véritable congé paternité, initiative en faveur d’une nouvelle mobilité… Les Suisses s’ouvrent franchement au progrès social. Les résultats des votations du...

Crise : vers un retour anticipé à la normale

Patrick Croissandeau, directeur de la Banque de France dans l’Ain, a fait le point sur les dernières prévisions, plus favorables en septembre qu’en juin.  « Par rapport aux différents scénarios envisagés, nos pré­visions de septembre compa­rées à celles de...

Sportivement, économiquement, la JL rebondit

Pas d’équipe sans leader, pas de leader sans équipe ! Les 4e rencontres du leadership de la JL bourg basket ont étudié sportivement le sujet, tout en lançant la saison. À la JL Bourg Basket, la saison 2019-2020 qui s’est achevée pré­maturément à la 25e journée avec le confinement, c’est l’histoire de la bouteille à […]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.