Un quart des feux genevois désormais à l'orange clignotant la nuit

par | 17 Mar 2017

La troisième vague de mise à l’orange clignotant la nuit a été déployée le 16 mars sur vingt nouveaux carrefours. Cette action vient compléter les deux premières vagues conduites en septembre 2014 et juillet 2015. Elle porte ainsi le nombre total de carrefours concernés à 106, correspondant à près du quart des installations genevoises.
« Lorsque j’ai souhaité mettre en place les feux à l’orange clignotant la nuit, beaucoup étaient réticents », rappelle Luc Barthassat, conseiller d’Etat chargé du DETA. « Après deux ans d’expérience, force est de constater que cette mesure est un véritable succès : nous n’avons pas à déplorer d’augmentation des accidents et les automobilistes nocturnes voient leurs temps de parcours grandement réduits. De plus, les nuisances sonores induites par le trafic s’en trouvent diminuées. »
Depuis 2014, dans le cadre de la nouvelle politique de fluidification, la direction générale des transports (DGT) procède à la mise au clignotant des feux de signalisation de certains carrefours routiers. Cette mesure s’appuie sur l’art. 3 al. 2 de la loi H 1 05.
La DGT rappelle les règles de sécurité à observer lorsque les feux sont au clignotant :

  • pour les piétons : avant de s’engager, s’assurer qu’un contact visuel a été établi avec le conducteur et que le véhicule approchant est en mesure de s’arrêter ;
  • pour les automobilistes, motocyclistes et cyclistes : établir le contact visuel avec les piétons, lever le pied et se préparer à s’arrêter en cas de besoin. En obliquant à une intersection, accorder la priorité aux cyclistes et cyclomotoristes circulant sur une piste ou une bande cyclable qui longe la chaussée. Respecter la signalisation mise en place.

img21923.jpg

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Niveau de vie : 65 800 euros par an

Dans la partie française du pôle métropolitain de Genève (composé de huit intercommunalités autour du lac Léman), les 10 % les plus aisés ont un niveau de vie supérieur à 65 800 euros par an, dépassant même 78 500...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest