27’200 personnes ont vu leurs efforts récompensés en recevant leur maturité en 2005, soit 26% de plus qu’en 2000. Parmi elles, 16’500 ont acquis une maturité gymnasiale et 10’700 une maturité professionnelle. Les femmes ont obtenu un peu plus de la moitié (52%) de l’ensemble des certificats.

Huit bacheliers sur dix poursuivent leurs études dans une haute école
Une fois leur maturité en poche, près de huit personnes sur dix poursuivent leurs études dans une haute école selon l’Office fédéral de la statistique (OFS). Ils sont 90% des bacheliers gymnasiens à le faire et 58% des titulaires d’une maturité professionnelle. Le taux de passage de la maturité vers les hautes écoles dépend avant tout du type de maturité. 80% des titulaires d’une maturité gymnasiale entrent dans une haute école universitaire (HEU), 5% dans une haute école spécialisée (HES) et 5% dans une haute école pédagogique (HEP). Quant aux porteurs d’une maturité professionnelle, ils sont 57% à entrer dans une HES et seulement un petit pour cent dans une HEP.

De nouveaux débouchés pour les bacheliers gymnasiens
Le nombre de maturités gymnasiales a augmenté de 9% entre 2000 et 2005, passant de 15’100 à 16’500 Les femmes en sont les premières bénéficiaires car elles en obtiennent la majorité depuis 1995 déjà. En 2005, elles étaient 57% de l’ensemble des bacheliers gymnasiens. Une très forte proportion des titulaires d’une maturité gymnasiale se destine aux études universitaires. Le taux de passage de la maturité vers les HEU s’élève à 80% et reste stable depuis les années 80. Les hommes sont plus nombreux à entrer dans une HEU, leur taux de passage vers ce type de haute école avoisine 90%. Les bachelières quant à elles sont, en règle générale, près de 75% à choisir cette voie.
Cependant, les HEU ne constituent pas le seul débouché ouvert aux gymnasiens. Depuis la création des HES et celle des HEP, ils sont nombreux à s’y diriger. Parmi la cohorte de bacheliers de 2002, 10% d’entre eux ont fait ce choix. Le taux de passage global des bacheliers vers l’ensemble des hautes écoles s’élève alors à 90%. Les femmes sont nettement plus attirées par ces nouvelles possibilités, 16% des bachelières de la cohorte de 2002 ont entamé ces études, dont la moitié au sein des HEP. Le taux de passage des bachelières de cette cohorte vers l’ensemble des hautes écoles s’élève à plus de 87% alors qu’il se situe à un peu moins de 72% pour le passage vers les HEU. Les hommes de la même cohorte ont été 7% à profiter des HES ou des HEP. Leur taux de passage global s’élève à 94% alors que celui vers les HEU avoisine 87%.

Un taux de passage de la maturité professionnelle vers les hautes écoles relativement bas
On observe une forte augmentation de 6500 à 10’700 certificats de maturité professionnelle (+65%), entre 2000 et 2005. Ce sont surtout les maturités à orientation technique et à orientation commerciale qui ont été choisies. A elles deux, ces orientations totalisent 87% de l’ensemble des maturités professionnelles délivrées en 2005. Les femmes ont acquis 36% du total des maturités professionnelles en 2000 et 44% en 2005, taux identique à celui observé dans la formation professionnelle initiale.

img172.jpg

De la matu à la fac, il n’y a qu’un pas