Une priorité : le maintien du service public

par | 13 Nov 2020

Deux priorités pour les collectivités locales dans la mise en oeuvre du reconfinement : assurer la continuité du service public, mais aussi créer d’autres services lorsque c’est possible. Petite revue de détail non exhaustive pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Depuis le 30 octobre – date effective du reconfinement –, les collectivités locales ont adapté le fonctionnement de leurs services pour en maintenir la continuité, contrairement au premier confinement de mars à mai dernier où beaucoup étaient fermés. Ces adaptations répondent à plusieurs enjeux : garantir le service public, veiller à la protection de la santé des agents, maintenir le lien social autant que possible et proposer de nouveaux services pour venir en aide aux administrés.

Protection des agents ? Pour le directeur général des services de Grand Annecy, Sébastien Lenoir : « L’agglomération applique deux grands principes : le service public reste ouvert, mais le télétravail est généralisé quand cela est possible. » Un grand écart vécu au quotidien : le travail à distance est appliqué dans toutes les collectivités (villes et agglomérations) des Pays de Savoie, mais, dans la majorité des cas, les agents sont sur le terrain. « Sur nos 1 200 agents, 200 postes sont télétravaillables », confirme Sébastien Lenoir.

Petite enfance, périscolaire, restauration scolaire, centre technique municipal, centre communal d’action sociale, collecte des déchets et tous les accueils, sont autant de postes où le télétravail ne peut être appliqué. Des horaires en décalé ou la division en deux des équipes sont des solutions pour garantir la sécurité de ces personnels, comme c’est notamment le cas à Albertville où 90 agents (sur un total de 400) bénéficient de ces aménagements d’horaires.

Avec la forte augmentation de la circulation de la Covid-19, les laboratoires d’analyse annéciens (photo à la une) sont en saturation, ce qui provoque de longues files d’attente. Afin d’améliorer les conditions d’accueil, et pour favoriser le dépistage, la Ville d’Annecy a mis plusieurs de ses locaux (Cap Périaz à Seynod, quartier de Novel et Annecyle- Vieux) à disposition des laboratoires.

Nouveaux services

Maintenir le lien social ? En cette période de crise, les collectivités mettent en place de nouveaux services pour aider leur tissu économique. La ville d’Aix-les-Bains a réactivé sa plateforme dédiée aux bénévoles voulant apporter leur aide (benevoles. aixlesbains.fr ; près de 200 inscrits) et a mis en place un site de vente en ligne entièrement dédié aux commerces aixois (Digitaix), où 430 professionnels et 3 000 produits sont référencés. La ville d’Annecy a également réactivité sa plateforme Annecy entraide solidaire.

Pour sa part, la communauté de communes des Sources du Lac d’Annecy et la ville de Rumilly et ses partenaires vont mettre en place prochainement une plateforme d’achat en ligne pour maintenir l’activité des petits commerces en cliquer-retirer. Faverges- Seythenex proposera aussi une carte interactive pour localiser rapidement les commerces ouverts et les restaurateurs et traiteurs faisant de la vente à emporter.

La plateforme Annecy entraide solidaire permet de mettre en relation directement des personnes ayant besoin d’aide et ceux qui en proposent.

À Chambéry, dès l’annonce du reconfinement, une plateforme web qui centralise toutes les structures de la solidarité (associations, services publics) a vu le jour grâce au centre communal d’action sociale. La municipalité savoyarde travaille également à un dispositif de carte interactive des commerces ayant une activité pendant le confinement, en partenariat avec la CCI de Savoie.

Les collectivités ont su mettre en place de nouvelles habitudes de travail, et proposer des solutions pour aider les usagers. Elles doivent en permanence réagir aux directives nationales, dont la dernière en date concerne la reprise d’activité des bibliothèques municipales en cliquer-retirer.

Les départements se mobilisent également

Pendant cette nouvelle phase de confinement (au moins jusqu’au 1er décembre), les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie mettent tout en oeuvre pour assurer la continuité des services publics aux usagers. Dans les deux départements, le télétravail des agents est systématisé, sauf dans le cas où les missions ne le permettent pas, comme c’est le cas dans les services sociaux, les collèges, les routes, ou au laboratoire d’analyses vétérinaires.

À crise inédite, réponses inédites. En Savoie comme en Haute-Savoie, les départements font preuve d’ingéniosité.

Plus spécifiquement, le Département de la Savoie a confirmé la commande de 250 000 tests antigéniques pour sécuriser la saison touristique hivernale sur le plan sanitaire (et donc les quelque 40 000 professionnels du tourisme sur le plan économique), et assurer la continuité de l’accueil des plus vulnérables dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux. Le Département assure que cette initiative « vise à proposer aux communes de disposer de tests leur permettant de garantir le dépistage régulier de tous les socio-professionnels du tourisme en contact avec la clientèle ».

Les tests serviront également pour les 3 000 professionnels travaillant dans les établissements accueillant des personnes âgées, des handicapés, des enfants protégés, ainsi que pour les services à domicile. La commande a été passée auprès de l’Union des groupements d’achats publics (UGAP) et la livraison est prévue pour le début du mois de décembre.

En Haute-Savoie aussi, l’accent est mis sur la sécurité : le Département a mis en place une cellule « contact tracing » effective depuis cette semaine. L’équipe – une cellule de six personnes – se charge d’établir la liste de personnes contacts pour éviter les clusters et reçoit les appels des établissements touchés (25 établissements ont déjà pris contact avec la cellule), de l’Agence régionale de santé ou de la CPAM.

Le Département lance également un appel à volontariat. L’objectif est de travailler main dans la main avec Pôle emploi et les missions locales pour identifier les personnes susceptibles de venir en aide aux structures en manque de main d’oeuvre. En contrepartie, le Département attribuera des aides complémentaires aux salaires versés par les établissements.


Alexia Bontron

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Prolonger le télétravail des frontaliers ?

Le conseil du Léman vient d’adresser un courrier à l’État français et à la Confédération helvétique pour leur demander de proroger, jusqu’au 30 juin 2021, l’accord provisoire en vigueur depuis le 14 mars 2020 et...

Lire la suite

Le CPME Camp en 100 % digitale

Période de crise sanitaire oblige, le CPME Camp – événement dédié à l’innovation depuis 2014 – crée sa 7ème édition en 100% digitale, et étendue sur tout le territoire régional, sur la journée du 26 novembre....

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest