Aux portes de St-Tropez, un oasis de calme et de luxe s’offre aux amateurs d’hôtellerie de charme. Après Genève et Paris, c’est le troisième établissement ouvert par le Français Michel Reybier.
En jeans et chemise, rien ne le distingue du nombreux personnel qui s’active aux derniers préparatifs sur le chantier de La Réserve Ramatuelle, le dernier né de la chaîne hôtelière. Michel Reybier, le propriétaire de l’établissement qui a ouvert ses portes en juin à quelques minutes des plages de St-Tropez, aurait pu débouler sur le chantier en Porsche ou en Bentley et rouler les mécaniques. Rien de tout cela. Il retrousse ses manches et donne l’exemple. Lui qui a été le «roi du saucisson» (Cochonou, Justin Bridou, Jambon d’Aoste, etc.) dans la région Rhône-Alpes et en Italie jusqu’en 1996 avec quelque 2500 salariés, préfère le profil bas. Cela n’empêche pas un certain génie du marketing: qui ne se souvient pas des pubs télévisées pour les célèbres charcuteries? Mais ce n’est pas à 65 ans, à l’âge où l’on prend habituellement sa retraite, que ce Lyonnais d’origine va changer ses habitudes.
Il n’est pas le seul. D’autres géants industriels de l’alimentaire hexagonal font comme lui. Son ami Gérard Bourgoin, le «roi du poulet» et ami de Fidel Castro, ou la famille Bongrain dont le patriarche Jean-Noël Bongrain n’a jamais donné d’interviews. Leader mondial de la transformation du lait avec la célèbre marque de fromage «Caprice des dieux», le groupe Bongrain possède en Suisse les Chocolats Villars et son usine de Fribourg. Mais vous n’avez jamais vu la tête du fondateur.

Hormis sa discrétion et son génie du marketing, Michel Reybier, le propriétaire de La Réserve, a du flair. Il a vendu son groupe lyonnais Reybier (salaisons, pâtés et autres charcuteries) à l’américain Sara Lee Processed Meats Europe, plus connu pour ses activités dans la lingerie fine (Dim, Playtex, Wonderbra) que dans la charcuterie fine, pour se lancer dans les hôtels de luxe à Genève et à Paris.

Un ami de Gérard Depardieu
Pas de photos et pas d’interviews, cela n’empêche pas le propriétaire de se présenter au journaliste au grand jour. Pour être heureux vivons caché? C’est peut-être la voie de la sagesse, lui qui est un proche de l’acteur Gérard Depardieu, avec lequel il partage la passion du vin et de la viticulture. Michel Reybier est ainsi propriétaire du fameux domaine Cos d’Estournel, un célèbre grand cru classé Saint-Estèphe près de Bordeaux.

Il est aussi l’heureux propriétaire d’un autre vaste domaine de Californie, dans la Napa Valley, le Château Montelena, une propriété viticole de 80 ha. On retrouve Michel Reybier dans la prospection pétrolière à Cuba, via la société canadienne Pebercan et son ami Gérard Bourgoin, proche de Fidel Castro, dans le domaine sportif lyonnais, avec Occade Sport, une société de marketing et d’événementiel sportif. Via une société luxembourgeoise, la Company Morasto Jalop, Michel Reybier est aussi administrateur d’entreprises françaises, comme la société St-Tropez Airport Services, assurent les magazines spécialisés qui le situent dans les 100 plus grosses fortunes de France avec 400 millions d’euros (600 millions de francs).

Décorateurs célèbres
Propriétaire de La Réserve à l’entrée de Genève, rachetée au Chinois Mike Chu, en 1999, pour 24 millions de francs, Michel Reybier a fait appel au célèbre architecte d’intérieur Jacques Garcia (Hôtel Costes, Majestic, Fouquet’s à Paris, Casino de Montreux, etc.). Le relooker d’hôtels a redessiné tout l’intérieur du cinq étoiles genevois, dont le directeur n’est autre que le beau-fils de Michel Reybier.

Au cœur de Paris, face à la Tour Eiffel et au Trocadéro, dans le XVIIe arrondissement, le même Michel Reybier a aussi ouvert l’an dernier La Réserve Paris, une dizaine d’appartements de haut luxe que l’on peut louer avec service hôtelier inclus, à partir de trois jours. Pour aménager cet immeuble de style haussmannien, il a fait appel à l’architecte d’intérieur Rémi Tessier. A Ramatuelle, c’est à Jean-Michel Wilmotte, un autre célèbre architecte d’intérieur et urbaniste de renom, que la Réserve a fait appel pour redessiner le nouvel hôtel-spa, intégré dans un domaine privé qui comprend aussi 12 élégantes villas à louer. L’architecte français est aujourd’hui à la tête d’une équipe de 150 personnes qui travaille sur plus de 200 projets en Europe, en Corée du sud, au Liban, au Maroc, au Qatar, en Russie comme aux USA. Située tout près du village mythique de St-Tropez et des plages non-moins mythiques de Pampelonne, La Réserve Ramatuelle comprend 7 chambres et 16 suites de 50 à 100 m2. Toutes possèdent terrasse sur la mer ou jardin privé avec vue imprenable sur les eaux bleues d’un golfe clair.

L’emplacement au calme absolu est le vrai luxe du domaine où s’élevait déjà un établissement datant des années 70. L’art de Jean-Michel Wilmotte a consisté à l’intégrer parfaitement dans le paysage où dominent les ifs et les oliviers. Grandes baies vitrées, vastes terrasses où s’étendent les canapés aux coussins accueillants, La Réserve Ramatuelle donne sur une douzaine de villas à louer en bordure de mer.

Ces villas de haut luxe disposent de services inclus, avec concierge à disposition pour répondre aux moindres désirs de leurs hôtes. Chaque matin, la gouvernante de jour s’occupe de la préparation des petits-déjeuners et des courses, ce qui n’est pas un vain mot dans les embouteillages de St-Tropez au cœur de l’été. Un chef peut aussi s’occuper de la préparation des repas alors que toute une palette de soins à domicile est disponible sur demande: massages, coiffure, manucure, etc.

L’accès au spa de l’hôtel voisin est aussi un atout des villas de la Réserve Ramatuelle. Sous la direction d’un médecin spécialiste de la longévité, une équipe pluridisciplinaire offre une palette de soins axés sur les méthodes douces et naturelles. Un programme particulier qui prend six jours et s’articule autour de quatre axes majeurs: la diminution de stress, la remise en forme, l’amincissement et la beauté: «Le plus important n’est pas de vivre, mais de bien vivre!», assurait déjà un certain Platon à une époque où le mot spa n’avait pas encore été inventé…. Olivier Grivat

Tout cela a un prix:

les chambres d’hôtel se louent entre 350 et 750 euros, de 800 à 1400 euros pour les suites junior et de 1300 à 3000 euros pour les suites.

Les villas à 4 chambres se louent de 15’000 à 30’000 euros la semaine, tandis qu’il faut tabler sur 25’000
à 40’000 euros la semaine pour les plus vastes (6 chambres).

Les tarifs incluent le petit-déjeuner

www.lareserve.ch
tél. 0033 4 94 79 14 28

img13419.jpg

L’emplacement au calme absolu est le vrai luxe du domaine où s’élevait déjà un établissement datant des années 70.