Un gendarme du Vatican a été retrouvé mort dans les toilettes de sa caserne, selon un communiqué du Vatican. Les conditions dans lesquelles il a été découvert laissent penser à un suicide. Le pape «a appris avec peine la nouvelle et confie à la miséricorde de Dieu» le jeune garde, est-il écrit dans le texte. «Il est proche spirituellement de sa famille et des membres de la gendarmerie», indique le communiqué. Le jeune homme de «26 ans, membre du corps de la gendarmerie de l’Etat de la Cité du Vatican, a été retrouvé à 07h30 dans les toilettes de la caserne de la gendarmerie dans un état très grave, blessé par arme à feu» et il est décédé à l’hôpital où il a aussitôt été transporté», indique le communiqué.

«Les premiers indices laissent penser que le jeune a voulu se suicider», ajoute le texte. La justice du Vatican s’est appropriée l’affaire et attend les résultats de l’autopsie qui sera effectuée par un médecin légiste italien, indique encore le communiqué. Les gendarmes du Vatican partagent avec les gardes suisses la responsabilité de la sécurité du pape et de l’Etat du Vatican. La mort du jeune gendarme rappelle un autre drame intervenu au Vatican il y a 9 ans. Le 4 mai 1998, le caporal des gardes suisses Cedric Tornay, jeune Valaisan de 23 ans, avait tué le chef du corps des gardes suisses, le Lucernois Aloïs Esterman, ainsi que sa femme avant de se suicider, d’après l’issue de l’enquête. Mais la mère du Valaisan conteste toujours cette version des faits.

img6087.jpg

Le jeune gendarme se serait suicidé selon le communiqué du Vatican