Professionnel expérimenté, Romain Sorrel prend plaisir à former des jeunes, ""à les voir progresser au fil des mois. C’est que “Régie Conseil”, l’agence qu’il gère avec Nicolas Benevise, offre un cadre vraiment propice à l’apprentissage des différents métiers de l’immobilier sur ses deux sites de Vienne et Lyon. Le co-gérant indique : «Au sein de notre structure familiale à taille humaine de huit salariés, les jeunes ont la possibilité de toucher un peu à tout, sachant qu’ils doivent être mobiles entre Vienne et Lyon.» Agathe et Fanny, deux étudiantes de “Sciences-U” Lyon (filière professions immobilières), y suivent actuellement une formation en alternance sous la forme d’un contrat d’apprentissage de deux ans. Leurs premiers pas dans le métier se passent très bien. 
Romain Sorrel témoigne : «Leurs missions sont variées, de la gestion locative à la gestion de syndics, en passant par un peu de vente et de comptabilité. Former des jeunes représente un gros investissement pour l’équipe, c’est clair, mais c’est très intéressant de préparer la relève en “moulant” des étudiants en fonction de ce que nous attendons de nos collaborateurs. Il y a également un intérêt financier indéniable, je ne le cache pas, même si elles perçoivent un vrai salaire.»

Un accompagnement vers l’autonomie
Agathe et Fanny ne se contentent pas de tenir le standard téléphonique. Petit à petit, Romain Sorrel les amène à acquérir de l’autonomie. Il explique : «Le matin, je leur donne une liste de tâches à remplir qu’elles devront avoir terminées en fin d’après-midi. Libre à elles de s’organiser comme elles l’entendent.» L’apprentissage de la rigueur est capital dans ce métier. Sur bien des points, rien ne remplace la mise en pratique de l’enseignement théorique dispensé à l’école. Les apprenties touchent du doigt la réalité des métiers de l’immobilier, elles sont amenées à résoudre des problèmes pour les clients de l’agence, à suivre la gestion de sinistres pour le compte de propriétaires bailleurs… Le professionnel relève : «Rien que le fait de sourire au téléphone est important.» Il ajoute : «La gestion locative pour le compte de particuliers constitue notre coeur de métier avec 600 lots environ. Mais nous faisons également un peu de transactions. Fanny a le souhait de se diriger vers la vente. Elle m’a donc accompagnée lors d’une visite pour observer. Ensuite, elle s’est lancée seule pour voir si cette dimension commerciale lui plaisait vraiment. A 18-20 ans, on n’a pas encore décidé précisément ce que l’on fera plus tard. On peut aussi se faire de fausses idées sur un métier. L’apprentissage sert à clarifier les choses…»

«Donner l’envie»
""Pour Romain Sorrel, le bien être des apprenties est primordial. Comme toutes  les débutantes, Agathe et Fanny ont dû s’adapter à la réalité du monde de l’entreprise. «On ne les a pas brusquées, l’idée était qu’elles soient le plus à l’aise possible», insiste le gérant. Il complète : «Au bout de six mois, elles commencent vraiment à apporter quelque chose.» L’immobilier, c’est le sens du contact, mais aussi des compétences juridiques et techniques à acquérir dans un univers législatif de plus en plus complexe. Avec de l’expérience, on a davantage d’aisance.
Surtout, Romain Sorrel cherche à «intéresser les jeunes que nous prenons en formation.» Il explique : «La motivation, c’est ce qui va faire la différence. Et c’est bien souvent lorsque l’on voit le résultat de son travail que l’on entretient l’envie de s’impliquer.» Cet état d’esprit, le cogérant de “Régie Conseil” y est très attaché. Au final, cet investissement humain doit s’avérer payant. Il souligne : «L’intérêt est évidemment d’avoir des jeunes immédiatement opérationnels à l’issue de leur formation, qui plus est en ayant bien en tête la façon de travailler de l’entreprise.» L’apprentissage, rien de tel pour faire passer des messages !       
Stéphane Perrin


2017-05-13