Au lendemain de l’annonce de l’autorisation de la construction du Village de marques appelé ""“The Village”, les maires des communes de Villefon-taine et de La Verpillière Raymond Feyssaguet et Patrick Margier, ainsi que Ludovic Nassisi, président du VIC des Marques (Comité de Soutien au Village de Marques) se sont “offerts” une petite visite médiatique sur le site du projet, au rond-point de Salzano, à Villefontaine, non loin de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nord-Isère.
C’est le jeudi 14 novembre dernier que le Conseil d’Etat a définitivement confirmé les conclusions du rapporteur, émises il y a un peu plus d’un mois. Celui-ci avait alors rejeté toutes les requêtes des opposants au Village de marques. Ainsi, le Conseil d’Etat a confirmé le rejet des différents recours. Mais, en réalité, il ne restait plus qu’un “combattant” pour s’opposer au Village de marques. Il s’agissait de la commune de Beauvoir-de-Marc, située à un peut moins de 17 km de Villefontaine. C’était “l’ultime” opposition au maire de Villefontaine. Jeudi, le Conseil d’Etat a donc rejeté ce recours. Pour rappel, c’est au début du mois d’octobre que le rapporteur public avait recommandé cette position. Quant aux autres recours émanant de 20 autres communes et de la Fédération des Groupe-ments Commerciaux du Nord-Isère, ils ont également été rejetés.
Alors oui, les maires de Villefontaine et de La Verpillière sont soulagés. Pour eux, il est clair que le principal, dans toute cette “bataille” c’est l’emploi. C’est d’ailleurs la plus grande des priorités. Raymond Feyssaguet ne l’affirme pas ! Il le clame haut et fort : “Il y a 650 emplois directs à la clé, et 150 à 250 emplois indirects après la première année. Notamment dans le domaine de l’hôtellerie”. De plus, 80 % des emplois seront des CDI.
“The Village” est un projet porté par la Compagnie de Phalsbourg, spécialisée dans les centres commerciaux et Freeport. De plus, à terme, ce sont 2 millions de visiteurs qui sont attendus par an !
Le projet architectural est composé de maisons en verre. Un projet de 100 millions d’euros, et d’une surface de vente globale de 21.032 m2, composé de 13 moyennes surfaces spécialisées dans l’équipement de la maison, l’équipement de la personne, la culture et les loisirs pour un total de 6.440 m2 et d’environ 69 boutiques de moins de 300 m2 chacune pour un total de 14.592 m2, “The Village” n’attend plus que le coup d’envoi de sa construction. D’ailleurs le permis de construire a été déposé le 30 septembre dernier.
""Pour les maires et le président du VIC, les craintes des “opposants” sont bien légitimes pour des commerçants qui ne connaissent pas l’impact d’un Village de marques. Raymond Feyssaguet citait pour exemple le Village de marques “Marques Avenue” à Romans-sur-Isère. “Avant la création du Village, commerçants et habitants de la Drôme se sont aussi opposés vertement au projet. Aujourd'hui, si le Village s'en allait, tous expliquent que Romans serait perdu. A Troyes, c'est pareil ! On peut toujours faire perdre du temps. Je ne ferai de procès à personne. Le passé c’est le passé. Le projet est inéluctable… inévitable. Le temps est venu de se rassembler et de discuter. Mais ils n’ont pas entendu ce que j’ai dit. Les porteurs du projet ont un panel de 1.200 marques dans leur portefeuille. Il y a le choix de prendre telle ou telle marque mais, pour faire ça, il faut se mettre autour d’une table”.
Dans la suite logique de cette dynamique commerciale, s’il n’y a pas de recours, les travaux du projet “The Village” débuteraient dans le courant de l’été 2014 pour envisager une ouverture courant 2016/2017. Au total, ce chantier devrait comptabiliser l’intervention de près de 1.500 personnes. La priorité sera donnée aux entreprises locales. “Alors, après le temps de la bagarre et du combat, maintenant il faut de l’efficacité pour faire avancer les choses. La victoire sera belle le jour de l’inauguration”, déclarait Raymond Feyssaguet, tandis que Ludovic Nassisi renchérissait en affirmant que “depuis 24 heures, il y a quelque chose qui se passe… La joie de faire changer les choses et donner une autre image au commerce. Le commerce appel le commerce. Il s’agit d’un projet qui va bien au-delà du Nord-Isère”.
Texte et photos : Carole Muet

2014-11-22