Au terme d’une rencontre qui a eu lieu lundi matin entre le Procureur général, le Maire de la Ville de Genève et le propriétaire de l’immeuble, une approche commune a été définie visant à surseoir jusqu’au 20 septembre 2007 au plus tard à l’intervention de la Police contre les occupants illicites du squat de l’Arquebuse.

20 SEPTEMBRE
Lundi matin, le Procureur général a reçu le Maire de la Ville de Genève et Me Patrick BLASER, Conseil de la propriétaire de l’immeuble situé au 13, rue de l’Arquebuse, actuellement occupé par des squatters. Dans leurs domaines de compétence respectifs, les autorités ont convenu que la Ville de Genéve cherche des locaux aptes à reloger les squatters (ateliers pour artistes), et que le Procureur général donne l’ordre à la police de ne pas interpeller les squatters, si ces derniers libèrent les lieux d’ici au 20 septembre 2007 au plus tard. Au-delà de cette date, la police interviendra.

CONDITIONS A SATISFAIRE
Satisfait de ce mode concerté d’action, le propriétaire est disposé à patienter jusqu’au 20 septembre 2007 au plus tard. L’offre de la Ville de Genève, respectivement I’ordre du Procureur général de report de l’intervention de la police, sont subordonnés aux conditions suivantes :
1) les squatters s’engagent dès à présent à cesser de troubler I’ordre public, notamment à renoncer à organiser des manifestations perturbant le voisinage et la circulation,
2) Les squatters s’engagent à quitter les lieux au 20 septembre 2007 au plus tard, sans commettre de dommages et sans opposer de résistance nécessitant I’intervention de la police.

GENEVE CHERCHE TOUJOURS
Dans l’intervalle, la Ville de Genéve s’engage à étudier toutes possibilités de reloger le collectif d’artistes, à condition toutefois d’obtenir l’accord des squatters sur les conditions précitées. Les squatters devront fournir également les noms et téléphones portables de deux interlocuteurs délégués pour les contacts avec la Ville, la police et le propriétaire.

img6005.jpg

Verdict le 20 septembre…