Arrivé il y a 15 ans aux commandes de l’aéroport de Chambéry Savoie Mont-Blanc, Vinci Airports s’est attaché à développer l’activité de la plateforme.

Le lancement de la saison hivernale a été l’occasion, pour Vinci Airports, de célébrer les 15 ans de la concession d’exploitation de l’aéroport de Chambéry Savoie Mont Blanc.  En 2004, la plateforme a été la deuxième, quelques mois après Grenoble, à rejoindre un réseau comptant actuellement 46 aéroports en France et dans le monde. Avec 9 destinations régulières en 2019 contre 3 en 2004, l’équipement savoyard accueille chaque hiver plus de 200 000 passagers. Et il se positionne par ailleurs au 3e rang national pour l’aviation d’affaires en hiver, après Le Bourget et Nice. Entre 2013 et 2018, cette activité a augmenté de 26%. Le trafic se concentre essentiellement sur les 18 week-ends de la saison hivernale avec une moyenne de 17 vols quotidiens et jusqu’à 42 vols par jour pendant les week-ends.  

Concession

Auparavant géré par la CCI 73, l’aéroport est exploité depuis 2004 par Vinci Airports qui est d’abord intervenu dans le cadre d’un groupement avec keolis. Vinci Airports est seul aux commandes depuis le renouvellement de la concession, en 2013, pour une période de 16 ans. Le renouvellement du contrat prévoit 10 millions d’euros d’investissements.  Les travaux ont porté sur la rénovation complète de la caserne des pompiers et du terminal affaires en 2015 puis de l’aérogare commerciale en 2016. L’objectif de cette modernisation est d’améliorer le flux des passagers et le parcours clients.

Investissements

L’aéroport appartient au Département depuis le transfert des aérodromes régionaux par l’Etat en direction des collectivités. Entre 2004 et 2013, 18 millions d’euros ont été investis par la Savoie pour améliorer l’accueil et le transit des voyageurs, avec entres autres la création du terminal affaires en 2006 puis de la gare routière en 2009, gérée depuis l’année dernière par la Région. En 2013, le Département a lancé un nouveau programme dont le montant s’élèvera à 8 millions d’euros jusqu’en 2029. Cette année, ce sont  700 000 euros qui ont été consacrés aux aménagements nécessaires pour assurer les contrôles douaniers en prévision du Brexit.

Une performance accrue

L’effort financier a permis d’améliorer le fonctionnement de l’aéroport et de repenser le parcours clients. Des services (Wi-Fi, mesure de la satisfaction,  commerce) et activités extra-aéronautiques (taxis, navettes, location de véhicules…) ont été déployés tandis qu’un système de management environnemental s’est mis en place. Engagé sur l’ensemble du réseau, cette politique de réduction de l’empreinte écologique concerne cinq grands domaines comme la consommation d’eau, la production de déchets ou la promotion de la biodiversité. Un plan de gestion particulier est par exemple en œuvre pour la zone Natura 2000 comprise dans l’enceinte aéroportuaire de Chambéry. Il prévoit  par exemple des fauches tardives ou des parcelles non fauchées afin de préserver les espèces nichant au sol.