Bien recruter : tout sauf improviser

par | 21 Jan 2021

Embaucher est aussi difficile que de se faire embaucher. L’exercice, technique, valait bien un atelier coanimé entre l’AEPV et l’Apec.

À moins d’être né patron, DRH, ou d’avoir trouvé le job de sa vie, au point d’y rester jusqu’à la retraite, on passe dans sa vie professionnelle plus d’entretiens d’embauches qu’on en fait passer. On ne se doute pas toujours que, grâce à des procédés techniques, un recruteur limite les chances de se tromper. Encore faut-il les connaître ! C’est pour acquérir toute la méthodo­logie et les bonnes pratiques que l’AEPV (Acteurs économiques de la Plastics Vallée) en partenariat avec l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) a proposé à ses adhérents un atelier – en présentiel, s’il vous plaît ! Les objectifs ? Savoir préparer et conduire un entre­tien, savoir interroger la compétence, connaître la motivation d’un candidat… tout un art, dont s’est chargé Jean-Marc Menigoz, consultant relations entre­prises auprès de l’Apec.

Motiver ses… motivations

Et puis d’abord, çà sert à quoi un entretien ? « À passer du déclaratif (CV) au démontré, se servir du passé pour le projeter dans le futur, s’assurer que le candidat sera en capacité de tenir le poste », répond Jean-Marc Menigoz.

Un équilibre entre questions profes­sionnelles et personnelles est à instau­rer. La question, de base, « Qu’est-ce qui vous motive dans le poste ? » faisant appel aux deux. « Comment vous décrit-on dans votre entourage ? » ou « quel est votre meilleur souvenir pro­fessionnel ? » renvoient aussi à la quête de cet équilibre. « Investiguer les com­pétences, les motivations, le potentiel doit servir de base à un entretien », explique Jean-Marc Menigoz. Pour apprécier la compétence, il conseille aux recruteurs d’utiliser la méthode Score, pour situation, comportement, outils, résultats, enseignement. Quelles situations professionnelles avez-vous gérées ? Qu’avez-vous réa­lisé ? Avec quels outils utilisés ? Pour quels résultats obtenus ? Quelle éva­luation en retenez vous ?

Si le recruteur doit bien préparer son entretien, c’est aussi parce qu’il donne au candidat la première image de la société. Mieux vaut ne pas se manquer, car cette image va avoir la vie dure ! Qui a oublié, où, avec qui, comment, s’est déroulé son entretien d’em­bauche ? « Il faut laisser parler le can­didat, être en écoute active, poser des questions ouvertes, piloter l’entretien de A à Z, se concentrer sur le fond et la forme, prendre des notes », conseille encore Jean-Marc Menigoz. En résumé, beaucoup de bon sens et de savoir-vivre, ici comme ailleurs…


Evaluer à distance ?

Pour réussir un entretien à distance : il faut préparer minutieusement le RV ; prévoir une durée plus courte ; être à heure fixe ; valoriser les avantages du procédé ; poser des questions précises ; sélectionner une situation/ expérience ; guider, cadrer le candidat ; conclure.


Questionner la compétence

Exemples de questions à poser au candidat : Présentez-moi une réalisation significative ? Quels étaient les objectifs, les éléments de contexte ? Quelles difficultés avez-vous eues à gérer ? Comment vous y êtes-vous pris pour les résoudre ? Quelles ont été vos principales actions ? Quels moyens et outils avez-vous choisi d’utiliser ? etc.


Les 24 critères de discrimination

Une formation à la non discrimination à l’embauche est obligatoire tous les cinq ans pour les recruteurs dans les entreprises de +300 salariés et dans toute entreprise spécialisée dans le recrutement. Sont discriminatoires : l’origine, le sexe, la situation de famille, la grossesse, l’apparence physique, le patronyme, le lieu de résidence, l’état de santé, la perte d’autonomie, le handicap, les caractéristiques génétiques, les moeurs, l’orientation sexuelle, l’identité de genre, l’âge, les opinions politiques, les activités syndicales, l’appartenance ou non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ; l’appartenance ou non-appartenance, vraie ou supposée, à une nation ; l’appartenance ou non-appartenance, vraie ou supposée, à une prétendue race ; l’appartenance ou non-appartenance, vraie ou supposée, à une religion déterminée ; la particulière vulnérabilité résultant de sa situation économique apparente ou connue de son auteur ; la capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français et la domiciliation bancaire.


Par Éliséo Mucciante

Une Eco de l'AinCet article est paru dans le magazine ECO de l’Ain du 21 janvier 2021. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi nos suppléments et hors-séries, c’est ICI et ICI.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

La santé des dirigeants en péril

L’observatoire Amarok a communiqué les résultats d’une nouvelle étude portant notamment sur le risque de burn-out des entrepreneurs. Depuis le début de la crise sani­taire, l’observatoire Amarok et le Labex...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest