Brokante : la ganterie grenobloise lance sa collection de parapluies

par | 2 Sep 2021

La Maison grenobloise Brokante se lance dans une formidable aventure créative en collaborant avec la Maison aurillacoise Piganiol. Ce mariage entre ces deux marques françaises à dimension humaine donne naissance à une collection exclusive de parapluies modernes et authentiques « Made in Auvergne Rhône-Alpes ».

Originaires de Grenoble, les deux créateurs Benjamin Cuier et Philippe Larguèze assurent la relève dans l’univers de la ganterie grenobloise, depuis leur première collection de 2011. Ils poursuivent aujourd’hui leur travail dans une collaboration inattendue avec la maison aurillacoise Piganiol, spécialisée dans la fabrication de parapluies haut de gamme. Depuis le mois de mai, ce nouveau support à l’expression de l’imaginaire de la Maison Brokante égaie les jours de pluie. « Avec cette collection nous nous diversifions. Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux produits, comme ces dernières années avec les étoles et les châles en cachemire qui complètent notre collection de gants. Des clientes nous disaient que ce serait génial de décliner nos imprimés sur des parapluies. Du coup, l’idée nous trottait dans la tête depuis trois ou quatre saisons. Par le biais d’une boutique qui propose notre marque et celle de Piganiol, nous avons pris contact avec cette maison historique d’Aurillac. Tout étant fabriqué en France, nous avons décidé de travailler ensemble. Ce qui compte pour nous, c’est la rencontre humaine et le savoir-faire ancestral. Nous sommes des sentimentaux », sourit l’associé et co-créateur Philippe Larguèze.

Modernité et authenticité

Collection "Paris".
Parapluie de la collection « Paris ».

Bien que Brokante ne soit pas une ganterie historique, elle est née de l’association de deux anciens collègues de travail. Dans leur studio de « design » ils ont su réinventer la tradition du gant grenoblois puisque Brokante allient modernité et authenticité. « Nous avions cette connaissance de la tradition. On s’est dit que nous pouvions mettre à profit notre créativité et apporter du peps à ce produit, d’autant qu’il ne se passait pas grand-chose dans l’univers de la ganterie. Nos produits mêlent à la fois du tissu et du cuir. C’est un clin d’œil aux deux grands pans d’activités grenoblois de l’époque, à savoir le gant en chevreau, donc 100 % cuir, et les gants en tissu. Pour cela nous nous appuyons sur un vrai savoir-faire local. Et en travaillant uniquement avec des sous-traitants régionaux, cela nous permet de maintenir la qualité de nos produits et favoriser l’emploi sur notre territoire » argumente Philippe Larguèze.

Maintenir le cap

Forte de deux co-créateurs et d’une graphiste-designeuse, Brokante ne souffre pas vraiment de la situation sanitaire. « Les confinements liés au covid-19 étaient printaniers. En ce qui nous concerne, c’est celui du mois de novembre qui nous a un peu pénalisé. En termes de ventes, dans les boutiques, nous sommes passés au travers. Nous avons plutôt été impactés dans la présentation et la commercialisation de la nouvelle collection, tant en boutique que sur les salons, notamment celui du prêt-à-porter et de l’accessoire à Paris » préscise Philippe Larguèze.

Lancée en mai dernier, la première collection de parapluies séduit puisqu’à fin juin il s’en est vendu 700 exemplaires en boutique. Précisons que la marque Brokante est distribuée partout en France, et notamment dans les villes de Belley, Bourgoin-Jallieu, Chambéry, Grenoble, La Côte-Saint-André, La Tour-du-Pin, Vienne et Voiron. Brokante maintient le cap malgré le contexte sanitaire avec des collections colorées et inspirantes. Pour l’année en cours Brokante estime un prévisionnel financier à un peu moins de 500 000 €.


Carole Muet

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Next Summer : le business d’abord !

L’industrie de l’outdoor s’est rassemblée les 13 et 14 septembre à Albertville pour présenter les produits printemps-été 2022. Un salon qui se veut avant tout fédérateur post-crise. Après des mois d’interruption en raison de la crise sanitaire, le monde...

LIRE LA SUITE

Trialp se chauffe à l’huile usagée

La société savoyarde, spécialisée dans le tri et la valorisation des déchets, modernise sa plateforme de traitement des huiles, devenue obsolète. « Cette plateforme a été décidée il y a un an pour permettre à la fois d’améliorer les conditions de travail et la...

LIRE LA SUITE

Covid-19 : le passe sanitaire fait débat

Passe sanitaire oblige, les établissements de santé sont contraints de se réorganiser. Les syndicats s’inquiètent du manque de personnels. « Le passe sanitaire est un non-sens », s’insurge Angélique Neutens, secrétaire générale de la CGT au Centre hospitalier...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest